Histoire, Actualité, Prospective
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Un monde inconnu, deux ans sur la Lune

Aller en bas 
AuteurMessage
lunarjojo

lunarjojo

Nombre de messages : 808
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeLun 3 Aoû 2020 - 21:57

Un monde inconnu, où deux ans sur la Lune.

Je ne ferais pas l’injure de demander aux lecteurs de ce forum s’ils connaissent les deux romans de Jules Verne « De la Terre à la Lune » (1865) et « Autour de la Lune » (1870). Les membres du Gun Club de Baltimore construisent un gigantesque canon à même le sol, et propulsent vers la Lune un obus occupé par trois voyageurs. Hélas, suite à une rencontre non prévue avec un astéroïde, l’obus est dévié et les trois malheureux occupants ratent leur but, se contentant, si l’on peut dire, de faire le tour de notre satellite et de revenir sur Terre, où plutôt sur la mer.

Si ces deux romans sont fort connus, en revanche, peu de gens savent qu’une suite est apparue quelques années plus tard. Enfin, une suite n’est pas le mot approprié, car il suppose qu’il s’agit là du même auteur, et de la continuation de la même histoire. Ce qui n’est pas le cas, même si c’est toujours la Lune qui est visée. En  1896, un livre parait sous le titre « Un monde inconnu, où deux ans sur la Lune ». L'auteur, Pierre de Sélènes (pseudonyme de A. Bétolaud de La Drable), dédie son livre à Jules Verne. Et pour cause….

[img]Un monde inconnu, deux ans sur la Lune 1896_u12[/img]

L’histoire est celle de deux amis trentenaires, un prospecteur de minerai, Marcel de Rouzé, et le docteur Jacques Designy. Celui-ci désire épouser la belle Hélène, sa fiancée. Mais son oncle, qui est son tuteur, astronome, ne donnera la main de sa nièce qu’à celui qui aura, par une découverte majeure, fait avancer la science astronomique. Il va sans dire que le pauvre Jacques, n’ayant fait que des études de médecine, n’est pas le mieux placé…

Lorsque Jacques retrouve son ami Marcel, celui-ci lui fait part d’une découverte faite lors d’une prospection aux Etats-Unis. Il a trouvé un boulet cylindrique, dont tout porte à croire qu’il a été envoyé de la Lune, dans lequel était inséré un message indiquant que la Lune est habitée par des êtres humains. De plus, il a ramené un journal de Baltimore annonçant la vente aux enchères de la Columbiad et de tout le matériel associé. Il faut se souvenir que dans le roman de Verne, dans la frénésie du premier voyage vers la Lune, le Gun Club avait créé une société appelée « Société Nationale des Communications Interstellaires ». Hélas, passé l’enthousiasme du premier tir, les donateurs furent de moins en moins nombreux, jusqu’à la mise en faillite de la société.

Une rencontre inopportune va accélérer les choses, en la personne de Lord Douglas Rodilan. Fort riche, il a vécu toutes les choses que sa fortune pouvait lui offrir. Blasé, il n’aspire plus qu’à mourir, mais d’une façon dont le monde puisse se souvenir. Convaincu que l’expérience se soldera par un échec, l’obus se disloquant en percutant la Lune, et voyant là une mort digne de lui, il propose aux deux amis de racheter la Columbiad, à condition de faire partie du voyage. Aussitôt dit, aussitôt fait…

18 ans après le départ de Barbicane et de ses amis, la Columbiad est de nouveau mise à feu. L’expérience s’accumulant au fil des tirs, cette fois-ci, l’obus atteint la Lune, et freiné par trois séries de fusées, moyen suggéré par Barbicane et amélioré par Marcel, alunit dans une crevasse remplie d’eau. C’est là que les habitants de la Lune, ayant aperçu l’obus, y trouvent les voyageurs.

La société lunaire est un havre de paix, d’une très haute moralité, où la jalousie et l’envie ont disparu, toute entière tournée vers les arts et les sciences. Particularité notable : si les lunaires ressemblent aux êtres humains, ils n’ont pas besoin de se nourrir, l’air respiré apportant sous forme gazeuse tous les ingrédients nécessaires à la vie. L’atmosphère de la Lune s’étant échappée au fil des siècles, l’humanité lunaire, comptant 12 millions d’individus, réside dans d’immenses cavernes, là où l’atmosphère s’est retirée. On retrouve ici une idée émise par quelques savants, dont Flammarion. Puisque l’absence d’air était prouvée à la fin du 19ième siècle, certains envisagèrent que la vie aurait pu se réfugier dans les cavernes et crevasses de la Lune, voire sur la face cachée, supposée plus basse que le reste du satellite, c'est-à-dire dans des endroits où l’air aurait pu subsister.

C’est à l’aide de signaux lumineux que les explorateurs font savoir à la Terre qu’ils sont arrivés sains et saufs. Cette idée aussi n’est pas nouvelle : au plus fort de la croyance d’une vie sur Mars, certains notèrent que des signaux lumineux lancés depuis les déserts terrestres seraient visibles depuis Mars, et permettraient ainsi de signaler notre présence à nos frères martiens.

Après avoir échangé moult informations sur leurs sociétés respectives, il est temps pour nos intrépides voyageurs de rentrer. La science lunaire connaissant les canons, celui nécessaire pour quitter la Lune étant bien moins colossal que la Columbiad, et ayant avisé une cheminée verticale de volcan éteint, les ouvriers lunaires se mettent au travail. Mais le labeur risquant de durer quelque temps, nos héros s’avisent de visiter l’hémisphère à jamais invisible de la Terre. Accompagnés par quelques sélénites, après un voyage semé de nombreuses embûches, les explorateurs découvrent, au centre de la face cachée, une grande cavité, dans laquelle subsistent un lac et une atmosphère. Une famille lunaire y survit péniblement, derniers représentant à vivre à la surface de la Lune, ignorés même du reste du monde lunaire.

Puis vint le jour du départ, après deux ans passés sur la Lune. Les trois amis furent propulsés une nouvelle fois et plongèrent dans le Pacifique, où, après quelques jours d’errance, ils échouèrent aux îles Marquises. Recueilli par un gentleman navigateur, ils retournèrent en Europe où ils reçurent un accueil chaleureux et maintes distinctions. Quelques années plus tard, la civilisation lunaire, avec laquelle on communiquait maintenant par signaux lumineux, périt dans un grand cataclysme sans doute d’origine volcanique. Et le voyage de nos intrépides héros fut oublié…..

Sur le plan strictement astronautique, l’utilisation d’un canon, que beaucoup de « puristes » de la chose spatiale ont reproché à Jules Verne, est évidement une utopie, malgré les cloisons brisantes ici présentes et reprise de l’original. Mais quelques trouvailles sèment ici où là le récit. Ainsi, sur les scaphandres, prévus pour sortir sur la surface lunaire, une maille métallique est intégrée, qui sert de résistance électrique pour les nuits lunaires, alimentée par un accumulateur. De même, un conduit arrivant dans le casque du scaphandre permet de s’alimenter et de boire. 73 ans avant Apollo !

Vous l’aurez compris, en cette fin du dix-neuvième siècle, la Lune faisait encore rêver, même si la science avait depuis plusieurs années exclu toute vie sur notre satellite. « Un monde inconnu » est un roman flamboyant, qui entraine le lecteur d’aujourd’hui à la fois dans un romantisme suranné, et une vision de la réalité sociale de l’époque, puisque, revenu de la Lune les bras chargés de trésor, nos héros décident de le consacrer à soulager la misère des ouvriers des villes industrielles, à ouvrir des orphelinats (les enfants abandonnés étaient légion à cette époque), à créer des accueils pour les jeunes filles chassées de chez elles. Malgré tout, le livre ne peut se défendre d’un regard empreint de chauvinisme et d’ostracisme envers les peuples sauvages des contrées lointaines. Il est simplement le reflet de son époque.

Si vous ne possédez pas un original (très difficile à trouver, car contrairement à Jules Verne, aucune réédition, à ma connaissance, n'existe), vous pouvez lire ce roman ici:

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57404250.texteImage


Dernière édition par lunarjojo le Mer 5 Aoû 2020 - 22:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Starking
Modérateur


Nombre de messages : 641
Age : 68
Date d'inscription : 21/11/2006

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeMar 4 Aoû 2020 - 13:03

lunarjojo a écrit:
Un monde inconnu, où deux ans sur la Lune.

Je ne ferais pas l’injure de demander aux lecteurs de ce forum s’ils connaissent les deux romans de Jules Verne « De la Terre à la Lune » (1865) et « Autour de la Lune » (1870). Les membres du Gun Club de Baltimore construisent un gigantesque canon à même le sol, et propulsent vers la Lune un obus occupé par trois voyageurs. Hélas, suite à une rencontre non prévue avec un astéroïde, l’obus est dévié et les trois malheureux occupants ratent leur but, se contentant, si l’on peut dire, de faire le tour de notre satellite et de revenir sur Terre, où plutôt sur la mer.

Si ces deux romans sont fort connus, en revanche, peu de gens savent qu’une suite est apparue quelques années plus tard. Enfin, une suite n’est pas le mot approprié, car il suppose qu’il s’agit là du même auteur, et de la continuation de la même histoire. Ce qui n’est pas le cas, même si c’est toujours la Lune qui est visée. En  1896, un livre parait sous le titre « Un monde inconnu, où deux ans sur la Lune ». L'auteur, Pierre de Sélènes (pseudonyme de A. Bétolaud de La Drable), dédie son livre à Jules Verne. Et pour cause….

L’histoire est celle de deux amis trentenaires, un prospecteur de minerai, Marcel de Rouzé, et le docteur Jacques Designy. Celui-ci désire épouser la belle Hélène, sa fiancée. Mais son oncle, qui est son tuteur, astronome, ne donnera la main de sa nièce qu’à celui qui aura, par une découverte majeure, fait avancer la science astronomique. Il va sans dire que le pauvre Jacques, n’ayant fait que des études de médecine, n’est pas le mieux placé…

Lorsque Jacques retrouve son ami Marcel, celui-ci lui fait part d’une découverte faite lors d’une prospection aux Etats-Unis. Il a trouvé un boulet cylindrique, dont tout porte à croire qu’il a été envoyé de la Lune, dans lequel était inséré un message indiquant que la Lune est habitée par des êtres humains. De plus, il a ramené un journal de Baltimore annonçant la vente aux enchères de la Columbiad et de tout le matériel associé. Il faut se souvenir que dans le roman de Verne, dans la frénésie du premier voyage vers la Lune, le Gun Club avait créé une société appelée « Société Nationale des Communications Interstellaires ». Hélas, passé l’enthousiasme du premier tir, les donateurs furent de moins en moins nombreux, jusqu’à la mise en faillite de la société.

Une rencontre inopportune va accélérer les choses, en la personne de Lord Douglas Rodilan. Fort riche, il a vécu toutes les choses que sa fortune pouvait lui offrir. Blasé, il n’aspire plus qu’à mourir, mais d’une façon dont le monde puisse se souvenir. Convaincu que l’expérience se soldera par un échec, l’obus se disloquant en percutant la Lune, et voyant là une mort digne de lui, il propose aux deux amis de racheter la Columbiad, à condition de faire partie du voyage. Aussitôt dit, aussitôt fait…

18 ans après le départ de Barbicane et de ses amis, la Columbiad est de nouveau mise à feu. L’expérience s’accumulant au fil des tirs, cette fois-ci, l’obus atteint la Lune, et freiné par trois séries de fusées, moyen suggéré par Barbicane et amélioré par Marcel, alunit dans une crevasse remplie d’eau. C’est là que les habitants de la Lune, ayant aperçu l’obus, y trouvent les voyageurs.

La société lunaire est un havre de paix, d’une très haute moralité, où la jalousie et l’envie ont disparu, toute entière tournée vers les arts et les sciences. Particularité notable : si les lunaires ressemblent aux êtres humains, ils n’ont pas besoin de se nourrir, l’air respiré apportant sous forme gazeuse tous les ingrédients nécessaires à la vie. L’atmosphère de la Lune s’étant échappée au fil des siècles, l’humanité lunaire, comptant 12 millions d’individus, réside dans d’immenses cavernes, là où l’atmosphère s’est retirée. On retrouve ici une idée émise par quelques savants, dont Flammarion. Puisque l’absence d’air était prouvée à la fin du 19ième siècle, certains envisagèrent que la vie aurait pu se réfugier dans les cavernes et crevasses de la Lune, voire sur la face cachée, supposée plus basse que le reste du satellite, c'est-à-dire dans des endroits où l’air aurait pu subsister.

C’est à l’aide de signaux lumineux que les explorateurs font savoir à la Terre qu’ils sont arrivés sains et saufs. Cette idée aussi n’est pas nouvelle : au plus fort de la croyance d’une vie sur Mars, certains notèrent que des signaux lumineux lancés depuis les déserts terrestres seraient visibles depuis Mars, et permettraient ainsi de signaler notre présence à nos frères martiens.

Après avoir échangé moult informations sur leurs sociétés respectives, il est temps pour nos intrépides voyageurs de rentrer. La science lunaire connaissant les canons, celui nécessaire pour quitter la Lune étant bien moins colossal que la Columbiad, et ayant avisé une cheminée verticale de volcan éteint, les ouvriers lunaires se mettent au travail. Mais le labeur risquant de durer quelque temps, nos héros s’avisent de visiter l’hémisphère à jamais invisible de la Terre. Accompagnés par quelques sélénites, après un voyage semé de nombreuses embûches, les explorateurs découvrent, au centre de la face cachée, une grande cavité, dans laquelle subsistent un lac et une atmosphère. Une famille lunaire y survit péniblement, derniers représentant à vivre à la surface de la Lune, ignorés même du reste du monde lunaire.

Puis vint le jour du départ, après deux ans passés sur la Lune. Les trois amis furent propulsés une nouvelle fois et plongèrent dans le Pacifique, où, après quelques jours d’errance, ils échouèrent aux îles Marquises. Recueilli par un gentleman navigateur, ils retournèrent en Europe où ils reçurent un accueil chaleureux et maintes distinctions. Quelques années plus tard, la civilisation lunaire, avec laquelle on communiquait maintenant par signaux lumineux, périt dans un grand cataclysme sans doute d’origine volcanique. Et le voyage de nos intrépides héros fut oublié…..

Sur le plan strictement astronautique, l’utilisation d’un canon, que beaucoup de « puristes » de la chose spatiale ont reproché à Jules Verne, est évidement une utopie, malgré les cloisons brisantes ici présentes et reprise de l’original. Mais quelques trouvailles sèment ici où là le discours. Ainsi, sur les scaphandres, prévus pour sortir sur la surface lunaire, une maille métallique est intégrée, qui sert de résistance électrique pour les nuits lunaires, alimentée par un accumulateur. De même, un conduit arrivant dans le casque du scaphandre permet de s’alimenter et de boire. 73 ans avant Apollo !

Vous l’aurez compris, en cette fin du dix-neuvième siècle, la Lune faisait encore rêver, même si la science avait depuis plusieurs années exclu toute vie sur notre satellite. « Un monde inconnu » est un roman flamboyant, qui entraine le lecteur d’aujourd’hui à la fois dans un romantisme suranné, et une vision de la réalité sociale de l’époque, puisque, revenu de la Lune les bras chargés de trésor, nos héros décident de le consacrer à soulager la misère des ouvriers des villes industrielles, à ouvrir des orphelinats (les enfants abandonnés étaient légion à cette époque), à créer des accueils pour les jeunes filles chassées de chez elles. Malgré tout, le livre ne peut se défendre d’un regard empreint de chauvinisme et d’ostracisme envers les peuples sauvages des contrées lointaines. Il est simplement le reflet de son époque.

Si vous ne possédez pas un original (très difficile à trouver, car contrairement à Jules Verne, aucune réédition, à ma connaissance, n'existe), voue pouvez lire ce roman ici:

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57404250.texteImage

J'ai bien aimé deux améliorations apportées par Ali Bétolaud de La Drable :
- les rétrofusées qui étaient des fusées à poudre dans les romans de Jules Verne deviennent des fusées à oxygène liquide...
- la capsule de retour, construite par les habitants de la Lune, comporte un moteur électrique actionnant une hélice, pour pouvoir se déplacer de manière autonome dans l'océan Pacifique.
Revenir en haut Aller en bas
http://fuseurop.univ-perp.fr/
SpaceNut
Administrateur
SpaceNut

Nombre de messages : 1963
Age : 54
Localisation : Sud
Date d'inscription : 13/01/2009

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeJeu 27 Aoû 2020 - 8:36

Je l'ai acheté... reste à le lire ! lecture

_________________
Les anecdotes de la conquête de l'espace. https://anecdotes-spatiales.com

"Si tu ne peux pas toi-même être un tout, deviens un membre utile d'un tout" Johann Wolfgang von GOETHE
Revenir en haut Aller en bas
https://anecdotes-spatiales.com
lunarjojo

lunarjojo

Nombre de messages : 808
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeJeu 27 Aoû 2020 - 14:00

Ah? SpaceNut est de retour.... applaudir

Tu l'as acheté sur gallica?
Revenir en haut Aller en bas
SpaceNut
Administrateur
SpaceNut

Nombre de messages : 1963
Age : 54
Localisation : Sud
Date d'inscription : 13/01/2009

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeJeu 27 Aoû 2020 - 19:45

lunarjojo a écrit:
Ah? SpaceNut est de retour.... applaudir

Tu l'as acheté sur gallica?


Je l'ai acheté chez Amazon, il s'agit d'une réimpression à l'identique de l'ouvrage de la BnF.
Tout juste lisible !

_________________
Les anecdotes de la conquête de l'espace. https://anecdotes-spatiales.com

"Si tu ne peux pas toi-même être un tout, deviens un membre utile d'un tout" Johann Wolfgang von GOETHE
Revenir en haut Aller en bas
https://anecdotes-spatiales.com
lunarjojo

lunarjojo

Nombre de messages : 808
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeSam 10 Oct 2020 - 14:01

Tiens, pourquoi est-il tout juste lisible?
Revenir en haut Aller en bas
SpaceNut
Administrateur
SpaceNut

Nombre de messages : 1963
Age : 54
Localisation : Sud
Date d'inscription : 13/01/2009

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeDim 11 Oct 2020 - 8:29

Je vais te scanner une ou deux pages, l'impression des caractères n'est pas très nette...

_________________
Les anecdotes de la conquête de l'espace. https://anecdotes-spatiales.com

"Si tu ne peux pas toi-même être un tout, deviens un membre utile d'un tout" Johann Wolfgang von GOETHE
Revenir en haut Aller en bas
https://anecdotes-spatiales.com
SpaceNut
Administrateur
SpaceNut

Nombre de messages : 1963
Age : 54
Localisation : Sud
Date d'inscription : 13/01/2009

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeMar 13 Oct 2020 - 18:22

Voilà...

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Img20211


Pas terrible !

Bon, c'est vrai, "tout juste lisible" est un peu exagéré... wink

_________________
Les anecdotes de la conquête de l'espace. https://anecdotes-spatiales.com

"Si tu ne peux pas toi-même être un tout, deviens un membre utile d'un tout" Johann Wolfgang von GOETHE
Revenir en haut Aller en bas
https://anecdotes-spatiales.com
lunarjojo

lunarjojo

Nombre de messages : 808
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeMar 13 Oct 2020 - 22:04

Ce doit être un problème de scan. Voici la même page de mon exemplaire (original de 1896)

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune 2_ans_10
Revenir en haut Aller en bas
Starking
Modérateur


Nombre de messages : 641
Age : 68
Date d'inscription : 21/11/2006

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeMer 14 Oct 2020 - 11:06

SpaceNut a écrit:
Voilà...

Pas terrible !

Bon, c'est vrai, "tout juste lisible" est un peu exagéré... wink

Ça ressemble beaucoup à la qualité du document disponible sur le site Gallica.
De là à penser que c'est ce document qui a été imprimé...

Revenir en haut Aller en bas
http://fuseurop.univ-perp.fr/
lunarjojo

lunarjojo

Nombre de messages : 808
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeMer 14 Oct 2020 - 11:34

Il est vrai que sur le document original, le texte parait un peu "effacé". Certainement dû à la qualité de l'encre employée, ou celle-ci a migré dans le papier (qui est pourtant exempt de tâches de rousseur, courantes sur les vieux livres, indiquant une altération du papier due à l'humidité et à une température de stockage non appropriée). Si c'est le cas de l'exemplaire de la BNF, l'auteur du scan a dû forcer sur les réglages pour faire ressortir le texte en plus foncé, provoquant par là-même une altération des caractères d'imprimerie.
Revenir en haut Aller en bas
SpaceNut
Administrateur
SpaceNut

Nombre de messages : 1963
Age : 54
Localisation : Sud
Date d'inscription : 13/01/2009

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeJeu 15 Oct 2020 - 12:13

Starking a écrit:
Ça ressemble beaucoup à la qualité du document disponible sur le site Gallica.
De là à penser que c'est ce document qui a été imprimé...


C'est exactement cela... En quatrième de couverture il est mentionné :

"Cet ouvrage est une réimpression à l'identique (noir et blanc) d'un ouvrage patrimonial ancien et libre de droit de la Bibliothèque Nationale de France (bnf.fr), accessible en ligne dans sa bibliothèque numérique Gallica (gallica.bnf.fr)."

_________________
Les anecdotes de la conquête de l'espace. https://anecdotes-spatiales.com

"Si tu ne peux pas toi-même être un tout, deviens un membre utile d'un tout" Johann Wolfgang von GOETHE
Revenir en haut Aller en bas
https://anecdotes-spatiales.com
SpaceNut
Administrateur
SpaceNut

Nombre de messages : 1963
Age : 54
Localisation : Sud
Date d'inscription : 13/01/2009

Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitimeJeu 15 Oct 2020 - 12:14

lunarjojo a écrit:
Ce doit être un problème de scan. Voici la même page de mon exemplaire (original de 1896)

Superbe ! applaudir

_________________
Les anecdotes de la conquête de l'espace. https://anecdotes-spatiales.com

"Si tu ne peux pas toi-même être un tout, deviens un membre utile d'un tout" Johann Wolfgang von GOETHE
Revenir en haut Aller en bas
https://anecdotes-spatiales.com
Contenu sponsorisé




Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Empty
MessageSujet: Re: Un monde inconnu, deux ans sur la Lune   Un monde inconnu, deux ans sur la Lune Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un monde inconnu, deux ans sur la Lune
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bibliothèque astronautique-
Sauter vers: