Histoire, Actualité, Prospective
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prévoir le futur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
lunarjojo

avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Ven 10 Jan 2014 - 22:04

En 1953, les moyens de l'astronautique semblaient illimités, et le poids à transporter n'était pas un problème. Aussi, les véhicules de l'avenir ressemblaient plus à des chars d'assaut qu'à la jeep lunaire des expéditions Apollo.

" />

Extrait de "Première croisière sur la Lune" 1953


Dernière édition par lunarjojo le Ven 10 Jan 2014 - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunarjojo

avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Ven 10 Jan 2014 - 22:40

Explorer a écrit:
Si j'ai bien compris ta passion est à géométrie variable !  Laughing 

Je ne le pense pas, mais pour ma part cette passion était liée à l'astronomie que je pratiquais (et que je pratique toujours) en amateur. L'astronautique s'est rajoutée, surtout que j'observais souvent la Lune. Alors, y aller.....

La différence fondamentale que j'expliquais plus haut, c'est qu'en astronomie tu es maitre de ta passion. Tu peux acheter les instruments que tu veux (si tu as les moyens, bien sûr) ou les fabriquer, tu peux voyager à travers le monde suivre les éclipses, monter ton observatoire, rejoindre un club, faire des photos ou uniquement du visuel, etc. Bref, tu vis entièrement ta passion de la façon que tu veux la vivre. La véritable contrainte est le temps: si tu veux voir une éclipse de Lune, c'est telle heure à tel jour, un point c'est tout. Que tu sois disponible ou pas, la Lune s'en fiche  Very Happy 

L'astronautique c'est différent. On n'est pas acteur (du moins pour moi et je suppose de la plupart des passionnés) et on ne le sera jamais. L'opinion qu'on se forge sur un programme spatial vient des lectures, des conférences, des films, mais jamais par rapport à une approche directe, en étant immergé dedans. Et si l'astronomie est une quête personnelle (que l'abbé Moreux a bien traduit dans 3 livres:"Qui sommes-nous", "D'où venons-nous", "Où allons-nous"), l'astronautique pose souvent des questions bien plus immédiates et beaucoup plus pratiques. Autre différence: le matériel d'astronomie (essentiellement les instruments d'observation) est au service de la passion. En astronautique, le matériel (fusée, satellite et autres) est pour beaucoup La Passion. Du coup, le "pourquoi aller sur la Lune" intéresse beaucoup moins que "comment y aller".

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fan de ducrocq
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 3974
Localisation : Morbihan (56)
Date d'inscription : 14/06/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 11 Jan 2014 - 5:57

lunarjojo a écrit:
...
PS: Fan de Ducrocq, quel est le numéro du magazine présenté ci-dessus?

Il s'agit du numéro 568.
C'est l'occasion de saluer le travail fantastique effectué sur ce site:
http://science-et-vie.macollec.net/index_sv/contenu.php?collection=0&numero=568 .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 11 Jan 2014 - 11:24

lunarjojo a écrit:
La différence fondamentale que j'expliquais plus haut, c'est qu'en astronomie tu es maître de ta passion. Tu peux acheter les instruments que tu veux (si tu as les moyens, bien sûr) ou les fabriquer, tu peux voyager à travers le monde suivre les éclipses, monter ton observatoire, rejoindre un club, faire des photos ou uniquement du visuel, etc. Bref, tu vis entièrement ta passion de la façon que tu veux la vivre. La véritable contrainte est le temps: si tu veux voir une éclipse de Lune, c'est telle heure à tel jour, un point c'est tout. Que tu sois disponible ou pas, la Lune s'en fiche  

L'astronautique c'est différent. On n'est pas acteur (du moins pour moi et je suppose de la plupart des passionnés) et on ne le sera jamais. L'opinion qu'on se forge sur un programme spatial vient des lectures, des conférences, des films, mais jamais par rapport à une approche directe, en étant immergé dedans. Et si l'astronomie est une quête personnelle (que l'abbé Moreux a bien traduit dans 3 livres:"Qui sommes-nous", "D'où venons-nous", "Où allons-nous"), l'astronautique pose souvent des questions bien plus immédiates et beaucoup plus pratiques. Autre différence: le matériel d'astronomie (essentiellement les instruments d'observation) est au service de la passion. En astronautique, le matériel (fusée, satellite et autres) est pour beaucoup La Passion. Du coup, le "pourquoi aller sur la Lune" intéresse beaucoup moins que "comment y aller".

En somme notre passion pour l'espace est une "aventure" que nous vivons par procuration, une aventure que nous essayons d'ajuster à nos rêves les plus fous, pétris de science-fiction... d'où aussi une frustration permanente car, hélas, la vraie réalité est souvent bien différente de celle que nous fantasmons.
Après cette psychanalyse je me sens un peu plus mâture ! Merci lunarjojo ! Laughing Laughing Laughing applaudir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunarjojo

avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 11 Jan 2014 - 12:05

Explorer a écrit:
En somme notre passion pour l'espace est une "aventure" que nous vivons par procuration, une aventure que nous essayons d'ajuster à nos rêves les plus fous, pétris de science-fiction... d'où aussi une frustration permanente car, hélas, la vraie réalité est souvent bien différente de celle que nous fantasmons.

Tout est dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Surveyor

avatar

Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 15/06/2013

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Mar 14 Jan 2014 - 23:15

lunarjojo a écrit:
Explorer a écrit:
En somme notre passion pour l'espace est une "aventure" que nous vivons par procuration, une aventure que nous essayons d'ajuster à nos rêves les plus fous, pétris de science-fiction... d'où aussi une frustration permanente car, hélas, la vraie réalité est souvent bien différente de celle que nous fantasmons.

Tout est dit.
Pas tout à fait d'accord. Vus nos âges, nous avons vécu le meilleur de la conquête spatiale : Gemini, Apollo, Skylab en moindre mesure certes et la navette ensuite moins intéressante et au service de l'ISS. Il ne reste rien de la conquête spatiale par l'homme et ça ne va pas s'arranger : l'espace futur appartient aux sondes de plus en plus sophistiquées. Une mission robotique viendra un jour, capable de faire revenir sur Terre des échantillons de pierres martiennes. L'homme sur Mars est un rêve bien trop cher et dangereux... et inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Mer 15 Jan 2014 - 9:32

Surveyor a écrit:
Pas tout à fait d'accord. Vus nos âges, nous avons vécu le meilleur de la conquête spatiale : Gemini, Apollo, Skylab en moindre mesure certes et la navette ensuite moins intéressante et au service de l'ISS. Il ne reste rien de la conquête spatiale par l'homme et ça ne va pas s'arranger : l'espace futur appartient aux sondes de plus en plus sophistiquées. Une mission robotique viendra un jour, capable de faire revenir sur Terre des échantillons de pierres martiennes. L'homme sur Mars est un rêve bien trop cher et dangereux... et inutile.

Oui, c'est le sentiment dominant, pour ceux qui ont eu la chance de vivre les premiers pas de l'Homme sur la Lune. Néanmoins la passion se nourrit d'espérance. Les "anciens" que nous sommes continuons à croire au futur de l'exploration habitée... en dépit de la tournure qu'ont pris les événements. Sans cette espérance que resterait-il de notre passion ? :eclairci:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SpaceNut
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1609
Age : 51
Localisation : Sud
Date d'inscription : 13/01/2009

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Ven 17 Jan 2014 - 8:18

Surveyor a écrit:
Pas tout à fait d'accord. Vus nos âges, nous avons vécu le meilleur de la conquête spatiale : Gemini, Apollo, Skylab en moindre mesure certes et la navette ensuite moins intéressante et au service de l'ISS. Il ne reste rien de la conquête spatiale par l'homme et ça ne va pas s'arranger : l'espace futur appartient aux sondes de plus en plus sophistiquées. Une mission robotique viendra un jour, capable de faire revenir sur Terre des échantillons de pierres martiennes. L'homme sur Mars est un rêve bien trop cher et dangereux... et inutile.

Qui aurait cru qu'un jour je partagerais cette opinion !  affraid 

Mais le faut se rendre à l'évidence, ce n'est pas avec des fusées chimiques que des Hommes iront sur Mars !

_________________
Le Blog des anecdotes de la conquête de l'espace. http://anecdotes-spatiales.com

"Si tu ne peux pas toi-même être un tout, deviens un membre utile d'un tout" Johann Wolfgang von GOETHE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anecdotes-spatiales.com
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Ven 17 Jan 2014 - 11:30

SpaceNut a écrit:
Mais le faut se rendre à l'évidence, ce n'est pas avec des fusées chimiques que des Hommes iront sur Mars !
Ce n'est pas la seule raison.

Personnellement je suis arrivé à la conclusion que, plus le temps passe, plus il deviendra difficile de mobiliser des ressources pour de grands programmes d'exploration. D'ici 10, 20 ou 30 ans (cela laisse une certaine marge) l'humanité aura définitivementt abandonné l'idée de retourner sur la Lune ou d'aller sur Mars. Notre "modèle" économique libéral fondé sur le profit immédiat est en effet à bout de souffle (pollution de la planète entière, gaspillage des ressources, inégalités croissantes...) et, avec la mondialisation, les choses se sont encore aggravées. Nos dirigeants continuent de se focaliser sur la croissance comme si c'était la panacée, alors que tout un équilibre est en péril. Nous sommes donc condamnés à changer de modèle économique, c'est une question de survie pour l'humanité... et alors la conquête spatiale ne sera plus qu'un lointain souvenir.

Je n'ai fait là qu'extrapoler le point de vue de lunarjojo !  wink wink wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 18 Jan 2014 - 8:29

certains connaissent mon opinion: l'apogée de notre civilisation occidentale sur le modèle actuel s'est produite le 20 janvier 1969, d'un point de vue civilisation car la technique continuera bien sûr de progresser.

Il faudra un nouveau modèle. Mais si on regarde l'histoire, qui souvent se répète dans ses modèles, l'Empire Romain d'occident a mis 3 ou 4 siècles pour se déliter et s'effondrer avant une terrible période d'obscurantisme débouchant sur le renouveau du Moyen Age. Il y a des cycles partout, c'est une loi de la nature.

Il ne faudra surement pas si longtemps pour que notre civilisation sur son modèle actuel s'effondre, mais de quelle manière? Une 3è guerre mondiale? Une prise de pouvoir mondiale des sociétés émergentes (Chine, Islam ....)?

Et l'exploration spatiale humaine dans tout cela? Aurons nous le temps et la volonté d'aller sur Mars avant le grand déclin et l'obscurantisme?
Elle reprendra j'en suis intimement persuadé, car l'exploration est inscrite dans les gènes de l'humanité, et je veux garder un fond d'optimisme mais quand?

La vraie question est: y aura-t-il extinction de l'humanité à terme? Guerre, pollution, épuisement des ressources.... les menaces sont immenses.... et de l'évolution buissonnante des espèces humaines il ne reste qu'homo sapiens sapiens ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SpaceNut
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1609
Age : 51
Localisation : Sud
Date d'inscription : 13/01/2009

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 18 Jan 2014 - 14:52

Dominique M. a écrit:
certains connaissent mon opinion: l'apogée de notre civilisation occidentale sur le modèle actuel s'est produite le 20 janvier 1969, d'un point de vue civilisation car la technique continuera bien sûr de progresser.

20 janvier 1969 heure de Houston, 21 juillet 1969 heure de Paris !  wink clown 

_________________
Le Blog des anecdotes de la conquête de l'espace. http://anecdotes-spatiales.com

"Si tu ne peux pas toi-même être un tout, deviens un membre utile d'un tout" Johann Wolfgang von GOETHE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anecdotes-spatiales.com
lunarjojo

avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 18 Jan 2014 - 21:39

Explorer a écrit:
Je n'ai fait là qu'extrapoler le point de vue de lunarjojo !  wink wink wink

C'est reposant: j'ai trouvé quelqu'un qui écrit à ma place!!   applaudir applaudir 

Citation :
Il faudra un nouveau modèle. Mais si on regarde l'histoire, qui souvent se répète dans ses modèles, l'Empire Romain d'occident a mis 3 ou 4 siècles pour se déliter et s'effondrer avant une terrible période d'obscurantisme débouchant sur le renouveau du Moyen Age. Il y a des cycles partout, c'est une loi de la nature.  Il ne faudra surement pas si longtemps pour que notre civilisation sur son modèle actuel s'effondre, mais de quelle manière? Une 3è guerre mondiale? Une prise de pouvoir mondiale des sociétés émergentes (Chine, Islam ....)?

Tout est possible: une prise de conscience (qui ne tarde pas trop) qui ramène la civilisation dans des limites supportables, ou un réveil des pires nationalismes (déjà perceptibles en Russie, Chine, Japon, USA et une partie de l'Europe, entre autres) qui amènerait un embrasement général. Pour ma part, je suppute plutôt un atterrissage plus en douceur (les armes actuelles ne permettent plus aux grands pays de se taper dessus, sauf si un docteur Folamour se promène dans les parages), mais avec un niveau de vie en baisse dans tous les pays, d'ailleurs déjà en œuvre chez certains depuis quelques années. La conquête spatiale (hors militaire) ne sera poursuivie qu'à une condition: un pouvoir fort, voire totalitaire, qui l'imposerait au pays.


Dernière édition par lunarjojo le Sam 18 Jan 2014 - 21:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunarjojo

avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 18 Jan 2014 - 21:42

SpaceNut a écrit:
Dominique M. a écrit:
certains connaissent mon opinion: l'apogée de notre civilisation occidentale sur le modèle actuel s'est produite le 20 janvier 1969, d'un point de vue civilisation car la technique continuera bien sûr de progresser.

20 janvier 1969 heure de Houston, 21 juillet 1969 heure de Paris !  wink clown 

6 mois de décalage tout de même! je ne savais pas que c'était si loin.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Dim 19 Jan 2014 - 11:27

Lunarjojo a écrit:
Tout est possible: une prise de conscience (qui ne tarde pas trop)

Nous sommes bien d'accord. Seulement cela fait déjà plus de 40 ans qu'on attend. tortue_triste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Dim 19 Jan 2014 - 12:05

SpaceNut a écrit:
[q
20 janvier 1969 heure de Houston, 21 juillet 1969 heure de Paris !  wink clown 

 Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Dim 19 Jan 2014 - 23:39

http://www.wired.com/wiredscience/2014/01/nasas-mars-design-reference-mission-goes-nuclear-2001/
NASA’s Mars Design Reference Mission Goes Nuclear (2001)

Projet de fusée Magnum en 2001 (Image: NASA). Cela rappelle bigrement le SLS.  Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunarjojo

avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Dim 18 Mai 2014 - 21:39

lunarjojo a écrit:


Citation :
2014 sera sans doute une année décisive pour l'avenir de l'exploration habitée. Qu'en penses-tu ?

Pas en 2014. Pour plusieurs raisons

Côté Russe, ils sont dans telle une routine de vols habités vers l'ISS (avant c'était Mir) qu'ils donnent l'impression que cela peut durer des dizaines d'années. Aucun projet sérieux et surtout aucune perspective, bien que les vols lunaires reviennent régulièrement sur le tapis. Mais la situation de l'économie russe me fait largement douter d'autre chose que l'orbite basse.Je suis de ce côté beaucoup plus pessimiste que notre ami Kliper dans son dernier message.

Je reprends cette discussion car un nouveau élément est venu s'ajouter, celui de l'échec de la fusée Proton. Un échec qui fait suite à d'autres, depuis 2010, avec une régularité qui frise l'admiration.

Pourquoi est ce important? Parce que je crois que les Russes, non seulement ne sont pas sortis du tunnel ou les a entrainé l'éclatement de l'URSS,mais possèdent un secteur spatial proche du délabrement. Sinon comment appeler une industrie spatiale qui, en 2014, concentre tant d'échecs? Il est évident que, sans remise en cause du mode de production et de management, l’avenir du spatial russe, surtout pour les missions d'exploration, est très mal parti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Lun 9 Juin 2014 - 9:48

Toujours aussi optimiste Lunarjojo !  wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunarjojo

avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Lun 9 Juin 2014 - 22:11

Là, c'est différent: lorsqu'on parle d'une mission habitée martienne, comme aucun programme n'est officiellement lancé, toutes les suppositions sont permises. De 15 ans (2030) jusqu'au bout du siècle (et au delà comme dirait Buzz)

Concernant l'astronautique russe, mon pessimisme sur la santé de l'industrie spatiale vient de faits établis, qui tous font penser à une industrie encore à l'essai. Je suis bien d'accord qu'ils envoient régulièrement vers l'ISS des équipages et qui les font revenir sans pépins. Droit de regard des occidentaux sur la chaine de fabrication? Mais dès qu'il s'agit de programme nouveaux, l'échec n'est pas loin. Et même Proton, qui vole depuis quelques décennies. Franchement, si demain ils envoient une sonde vers Mars, vous ne penserez pas à l'échec? Comme avec toutes les sondes, me direz-vous? Sauf qu'avec les Russes, l'idée d'un échec est omniprésente. Pour le dire autrement, pour les sondes d'exploration, un échec américain est perçu comme étonnant. Pour les Russes, c'est la réussite qui étonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Mar 10 Juin 2014 - 10:13

lunarjojo a écrit:
Concernant l'astronautique russe, mon pessimisme sur la santé de l'industrie spatiale vient de faits établis, qui tous font penser à une industrie encore à l'essai. Je suis bien d'accord qu'ils envoient régulièrement vers l'ISS des équipages et qui les font revenir sans pépins. Droit de regard des occidentaux sur la chaine de fabrication? Mais dès qu'il s'agit de programme nouveaux, l'échec n'est pas loin. Et même Proton, qui vole depuis quelques décennies. Franchement, si demain ils envoient une sonde vers Mars, vous ne penserez pas à l'échec? Comme avec toutes les sondes, me direz-vous? Sauf qu'avec les Russes, l'idée d'un échec est omniprésente. Pour le dire autrement, pour les sondes d'exploration, un échec américain est perçu comme étonnant. Pour les Russes, c'est la réussite qui étonne.

Tout a fait d'accord, et tu ne sembles guère plus optimiste en ce qui concerne la stratégie actuelle de la NASA pour envoyer des hommes sur Mars. Budget très insuffisant, une coopération internationale qui ne fait pas baisser les coûts.... Les faits étant bien établis et le constat accablant, s'en tenir là est plutôt frustrant. Pour les passionnés que nous sommes ce qui manque c'est une vision à long terme qui soit en cohérence avec le passé et le présent. Dépités par la tournure prise par les événements les uns se réfugient dans le passé, d'autres se cantonnent au présent... tandis qu'une toute petite minorité (réduite au singleton  Laughing ) s'efforce de prévoir (ou d'imaginer) le futur... et ces individus sont perçus comme des rigolos.  wink 
La politique de l'autruche ne construit pas le futur, elle nous le fait subir, et du futur on bascule vite dans le passé. La situation actuelle du spatial russe et américain était prévisible depuis des années... seulement on a fauté par manque d'anticipation. Il est amusant de relire les déclarations d'il y a 40 ans. Des déclarations en grande partie à côté de la plaque.
Aujourd'hui nous sommes à la croisée des chemins. J'attends avec impatience les décisions qui seront prises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunarjojo

avatar

Nombre de messages : 589
Localisation : Epinal
Date d'inscription : 21/11/2010

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Mar 10 Juin 2014 - 11:51

Explorer a écrit:
Tout a fait d'accord, et tu ne sembles guère plus optimiste en ce qui concerne la stratégie actuelle de la NASA pour envoyer des hommes sur Mars.

S'il y a une stratégie de la NASA pour envoyer des astronautes sur Mars, elle est bien cachée. Actuellement, aucun programme n'est prévu. Des intentions, certes, un discours ici où là, des supputations à la limite de la désinformation concernant une vie possible sur Mars (c'est le seul aiguillon qui pourrait débloquer un programme martien), voilà tout ce que la NASA nous gratifie. Mais de programme structuré, d'échéancier établi, de budgets alloués, rien à l'horizon. Même le SLS, pourtant lanceur lourd nécessaire à un programme martien, n'est cité qu'avec parcimonie dans le cadre d'une mission martienne.

Citation :
Dépités par la tournure prise par les événements les uns se réfugient dans le passé, d'autres se cantonnent au présent... tandis qu'une toute petite minorité (réduite au singleton Laughing ) s'efforce de prévoir (ou d'imaginer) le futur... et ces individus sont perçus comme des rigolos. La politique de l'autruche ne construit pas le futur, elle nous le fait subir, et du futur on bascule vite dans le passé.


Tout dépend de ce qui est recherché à travers une passion. Le passé, glorieux certes, peut être un aiguillon fabuleux. On le voit avec la multiplication des sites historiques généralistes. On peut même n'être intéressé que par la technique, écartant d'un revers de main toutes les interrogations sur la soif de conquête, sur l'avenir de l'humanité, et que sais-je encore. On peut même, suprême relation, lier le passé et la technique, et en être très heureux. Le site de notre ami Apolloman en est un exemple réussi. Donc chacun peut rechercher dans sa passion ce qu'il veut, sans pour autant qu'il soit ou non découragé par les évolutions actuelles. Quant à l'étiquette "rigolo" accrochée à ceux qui essaient de prévoir l'avenir, tout dépend des limites franchies, et dans quel contexte. Quand je lis que l'exploration spatiale est nécessaire pour évacuer l'humanité lorsque le Soleil s'éteindra, le terme de rigolo me vient immédiatement à l'esprit.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Mar 10 Juin 2014 - 17:52

lunarjojo a écrit:
S'il y a une "stratégie de la NASA pour envoyer des astronautes sur Mars", elle est bien cachée.
C'est bien le thème qui est abordé sur un autre forum.
Cela conduit aussi à d’âpres discussions entre Nasa et responsables politiques du Congrès qui eux-même ne sont pas d'accord entre eux. Cette stratégie n'est pas du tout cachée, elle a seulement beaucoup de mal à se mettre en place. Même si cette stratégie semble piétiner, les ambitions demeurent. Le sujet est bien d'actualité et il est abordé en long, en large, et en travers, et les écueils sont clairement identifiés. Alors maintenant, aux responsables politiques d'en tenir compte ou non. Une chose est sûre, plus on tardera, plus il sera difficile de remettre sur les rails le programme habité d'exploration.

Voir "A new pathway to Mars" (Une nouvelle voie vers Mars) de Jeff Foust.
http://www.thespacereview.com/article/2530/1

lunarjojo a écrit:
Tout dépend de ce qui est recherché à travers une passion. Le passé, glorieux certes, peut être un aiguillon fabuleux. On le voit avec la multiplication des sites historiques généralistes. On peut même n'être intéressé que par la technique, écartant d'un revers de main toutes les interrogations sur la soif de conquête, sur l'avenir de l'humanité, et que sais-je encore. On peut même, suprême relation, lier le passé et la technique, et en être très heureux. Le site de notre ami Apolloman en est un exemple réussi. Donc chacun peut rechercher dans sa passion ce qu'il veut, sans pour autant qu'il soit ou non découragé par les évolutions actuelles. Quant à l'étiquette "rigolo" accrochée à ceux qui essaient de prévoir l'avenir, tout dépend des limites franchies, et dans quel contexte. Quand je lis que l'exploration spatiale est nécessaire pour évacuer l'humanité lorsque le Soleil s'éteindra, le terme de rigolo me vient immédiatement à l'esprit.

Quant à cette passion qui nous anime tous, elle peut certes prendre des formes très différentes, mais le dénominateur commun, à l'origine de cette passion, reste malgré tout ce passé fabuleux de la conquête spatiale, qui a cristallisé tant d'espoirs et de rêves. Après, quand l'avenir s'est fait plus incertain, il a bien fallu adapter sa passion... ou décrocher. Personnellement ma passion a considérablement évolué, elle est devenue beaucoup plus sociologique ou plus psychologique.
Ex : Comment font-ils sur ce forum (ou d'autres forums) pour rester passionnés ? Cette passion n'a-t-elle pas certaines accointances avec la Foi religieuse ? Les rapports entre passion pour l'espace et science-fiction. La perception du spatial dans le grand public. Ambitions spatiales et propagande. etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 5 Juil 2014 - 11:40

Petit retour dans le passé très instructif (à peine une décennie)
http://claudelafleur.qc.ca/Bush-Plan.html#Questions

La Lune comme stratégie politique.... again
 
Claude Lafleur  (29 janvier 2004)

L’annonce du président Bush de retourner sur la Lune d’ici dix ans et de débarquer sur Mars dans une vingtaine d’années pourrait constituer un tournant décisif – pour ne pas dire catastrophique -- pour les programmes spatiaux américains et canadiens.  La vision d’un président en quête de réélection risque de décimer la NASA et de réduire à néant les 2 milliards $ que le Canada a investi dans la Station spatiale internationale.
       Le président George Bush Jr vient d’annoncer une réorientation fondamentale du programme spatial américain: l’abandon des vols de Navette et du volet scientifique de la Station spatiale au profit d’un retour sur la Lune et de la conquête de Mars.
       Les navettes cesseraient de voler d’ici cinq ou six ans environ, c’est-à-dire lorsqu’elles auront terminé de transporter les gros modules de la Station spatiale. (Il était prévu qu’elles continueraient de ravitailler la station jusqu’en 2020.) Elles seraient remplacées par des capsules polyvalentes – ressemblant plus ou moins aux capsules Apollo – qui serviraient autant aux atterrissages sur la Lune qu’aux expéditions jusqu’à Mars. Quant à la station spatiale ISS, elle ne servirait plus qu’à mettre au point les techniques nécessaires pour conquérir la Lune et Mars.
       Elle ne serait désormais plus habitée que par des équipes minimales, comme cela se fait depuis la perte de Columbia il y a un an. Ces équipages seraient transportés par capsules Soyouz. Or, comme celles-ci ne peuvent convoyer que trois personnes à la fois et un minimum de matériel, cela impliquerait l’abandon de l’essentiel du matériel scientifique qui devait être acheminé par navette.
       Par conséquent, les dizaines de milliards $ investis par l’Europe, le Japon et le Canada, dans le but de bénéficier des installations scientifiques de la station, deviendraient caducs.
Sur la Lune dans dix ans... again ?
        L’annonce du président Bush Jr ramène à l’esprit la course à la Lune déclenchée par le président Kennedy il y a 43 ans.  Pour répondre à la domination soviétique de l’époque, celui-ci a solennellement annoncé en mai 1961 que « nous irons sur la Lune avant la fin de la décennie ».  Or jamais une annonce présidentielle n’a eu autant de retentissements ; d’ailleurs, depuis cette époque, chaque président américain rêve de passer à l’Histoire à la manière de Kennedy
       C’est ainsi que Richard Nixon a tenté sa chance en annonçant en 1972 l’ambitieux projet d’une navette qui devait, affirmait-il, révolutionner le transport orbital et permettre la colonisation de l’Espace.  Douze ans plus tard, Ronald Reagan a annoncé en grande pompe un grandiose projet de station orbitale qui devait unir les peuples de la Terre dans l’utilisation pacifique de l’Espace.
        Mais le président qui est venu le plus près de rééditer l’exploit de Kennedy a été George W. Bush (le père de l’actuel président).  Le 20 juillet 1989, soit vingt ans jour pour jour après les premiers pas de Neil Armstrong, il annonçait un retour sur le sol lunaire pour les années 2000 et un débarquement sur Mars pour les années 2010.  Il lançait de la sorte un ambitieux programme baptisé Space Exploration Initiative qui devait coûter plus de 100 milliards $.
        Toutefois, cette initiative est allée nulle part.  Dès le départ, le Congrès américain a refusé d’allouer les fonds requis.  Puis, en 1991, la première guerre d’Irak et la récession économique qui se faisait sentir sont venues à bout de ce qui restait de l’initiative présidentielle.  Or, comme le constatent maints observateurs, quinze ans plus tard, Bush Jr tente de rééditer l’annonce de son père mais dans des conditions économiques et politiques nettement moins favorables
        En effet, cette annonce survient en pleine année électorale alors que les États-Unis s’embourbent dans une ruineuse « guerre au terrorisme » et que s’accumulent les déficits budgétaires records.  Tout indique donc que la vision spatiale de Bush Jr connaîtra le même sort que celle de son père.  Toutefois, elle pourrait bien sonner le glas pour l’essentiel des programmes de la NASA.
La NASA victime d’une « arme de destruction massive » ?
        L’un des aspects les plus remarquables de l’annonce de Bush Jr concerne l’abandon de la navette et le changement de vocation de la Station spatiale.  En effet, jamais n’a-t-on annoncé aussi clairement la fin des vols de navette et remis en cause la raison d’être de la station : « le plus grand laboratoire scientifique de l’Espace ».
        Or, pour le Canada, l’Europe et le Japon, qui y ont investi une vingtaine de milliards $ afin d’en tirer profit, ces bouleversements pourraient être catastrophiques.  D’une part, l’abandon – ou tout au moins la mise au second plan – du volet scientifique de la station ruinera l’essentiel des travaux pour lesquels ces pays collaborent au programme.  D’autre part, le fait qu’un équipage minimal demeurera à bord éliminera à toute fin pratique les séjours de nos astronautes.
        De surcroît, pour financer les coûts de son initiative lunaire et martienne, Bush Jr propose de mettre fin à tous les programmes de la NASA qui ne sont pas directement liés à cet effort – tels que les études de l’environnement terrestre par satellite, les observations astronomiques, l’exploration des autres planètes à l’aide de robots et une kyrielle de programmes technologiques.
        Il se pourrait donc, au bout du compte, qu’aucune mission vers la Lune ou Mars ne soit jamais financée mais, qu’entre-temps, tous les autres projets de la NASA se trouvent décimés...

Ce qui manque pour réaliser les projets de Bush :
1°) L'approbation du Congrès américain... et des contribuables. Comment ceux-ci  réagiront-ils lorsqu'on leur demandera d'abandonner la Station spatiale après y avoir englouti près de 100 milliards $?
2°) Les sommes nécessaires (~100 milliards $?) pour réaliser l'ambitieux programme.
3°) Le temps. Non seulement George Bush Jr lance-t-il son projet en pleine année électorale (alors que les élites politiques sont pratiquement paralysées par la confrontation partisane), mais il risque fort d'être défait. (En 1989, George Bush Sr avait lancé son projet équivalent dès le début de sa présidence... et il a pourtant échoué.)
4°) Les ressources financières. Depuis l'arrivée de George Bush Jr à la présidence, les États-Unis cumulent, année après année, d'immenses déficits budgétaires (de quelques 400 à 500 milliards $), ce qui risque fort (aux dires de maints économistes) de les précipiter d'ici peu dans une très grave crise financière. Le jour approche où ils devront sabrer absolument partout...
5°) Et peut-être la compréhension des autres nations, à qui les Américains ont demandé d'investir des dizaines de milliards $ dans le programme de la Station pour finalement les abandonner à mi-parcourt.

Sept grandes questions qui se posent :
1) Qu'arrivera-t-il de la NASA si le plan proposé par George Bush Jr n'est pas financé par le Congrès ou par le/les présidents qui lui succéderont ?
2) Comment réagiront les partenaires internationaux du programme ISS maintenant que les Américains ont décidé (unilatéralement) d'abandonner l'opération de la Station par-delà 2010?
3) Pourquoi compléter l'assemblage de la Station spatiale si on ne s'en sert plus par la suite? Pourquoi ne pas tout simplement s'en servir telle qu'elle est actuellement (pour les fins prévues par le plan de Bush)?
4) Les Américains n'ayant plus la capacité d'envoyer des humains dans l'espace entre 2010 et 2014, les Russes accepterons-ils de suppléer à la demande? Et, si oui, à quels prix et conditions?
5) Les partenaires internationaux du programme ISS accepteront-ils de poursuivre l'opération de la station par-delà de 2010? Si oui, comment parviendront-ils à assurer la relève des Américains et à opérer une station vieillissante?
6a) Si Bush Jr n'est pas réélu en novembre prochain, que fera son successeur démocrate? Ne voudra-t-il pas se démarquer en s'éloignant le plus possible de toute initiative qui porte la marque de "W."?
6b) Si Bush Jr demeure président jusqu'en janvier 2009, que fera son éventuel successeur, alors même que la Navette sera sur le point de cesser de voler et qu'il sera temps de financer (de façon significative) le plan de Bush Jr?
7) Une fois qu'auront cessé les vols de Navette et l'opération de la Station, ne sera-t-il pas tentant d'économiser les dizaines de milliards consacrés au programme spatial... en ne finançant tout simplement pas le plan de Bush Jr?

Bref, en condamnant dès maintenant la Navette et la Station, Bush sera-t-il celui qui aura mis fin à l'essentiel du programme spatial américain, une aventure «dispendieuse» dont on ne sait trop à quoi elle sert au juste?

Commentaire personnel : Claude Lafleur avait vu plutôt juste (à quelques détails près). L'impasse actuelle du programme spatial habité américain était donc prévisible. Alors aveuglement ou impuissance des responsables politiques ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Explorer



Nombre de messages : 652
Date d'inscription : 08/08/2011

MessageSujet: Re: Prévoir le futur   Sam 5 Juil 2014 - 13:24

Abandonner le programme Constellation et le Space Shuttle tout en prolongeant l'exploitation de l'ISS grâce aux Soyouz russes a permis de "sauver" (provisoirement) le programme spatial habité US. Un temps de réflexion a ainsi été dégagé pour décider de l'avenir.
Or, malheureusement, depuis 4 ans, les discussions semblent piétiner (aucun consensus ne s'est dégagé)... et le temps passe, passe, inexorablement.  Sleep Les craintes de Claude Lafleur pourraient bien se réaliser. affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Prévoir le futur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités et discussions d'ordre général-
Sauter vers: