Histoire, Actualité, Prospective
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 journal spatial de l'ambassade de france US

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: journal spatial de l'ambassade de france US   Sam 28 Mar 2009 - 13:08

on peut de nouveau recevoir les nouvelles du front par l'intermédiaire de l'ambassade de France aux USA
il semble que cela soit plus détaillé qu'auparavant ... et c'est en Français wink

on peut s'inscrire sur la mailing list (voir à la fin de l'article)

je le fractionne car il dépasse la longueur autorisé


> 1 : POLITIQUE SPATIALE
* Toujours pas de pilote mais un budget 2009 en augmentation pour la NASA

> 2 : ASTRONOMIE
* 2008TC3 : la pierre de rosette des astronomes ?

> 3 : ENVIRONNEMENT
* Missions spatiales environnementales : comment améliorer la
stratégie américaine ?

> 4 : VOLS HABITES
* L?ISS prête pour accueillir 3 colocataires supplémentaires grâce aux
mécaniciens de Discovery

> 5 : DEFENSE
* Collisions de satellites, menaces de débris : vers un système global
de surveillance du trafic spatial ?

__________________________________________________

> 1 : POLITIQUE SPATIALE


* Toujours pas de pilote mais un budget 2009 en augmentation pour la NASA

Le budget 2009 de la NASA (National Aeronautics and Space
Administration) et de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric a été
entériné le 11 Mars dernier par le Président Obama lorsque celui-ci a
signé le « 2009 Omnibus Appropriations Act » regroupant les décisions
d?allocations budgétaires de la plupart des agences et départements
fédéraux. En effet, le calendrier du processus budgétaire a été
quelquepeu bouleversé par le changement d?administration, si bien que
le budget de chaque agence a été gelé pour les 6 premiers mois de
l?année fiscale 2009 par une « continuing resolution » - reconduisant
ainsi les niveaux de financement de 2008. La loi qui vient d?être
promulguée complète donc le budget NASA et NOAA pour les 6 prochains
mois.

La NASA touchera donc $17,782 Milliards en 2009, soit $385 Millions de
plus qu?en 2008 et la NOAA se voit offrir une bourse de $4,4 Milliards
ce qui représente une augmentation de $469 Millions ? sa branche
« Espace », financée à hauteur d?$1.18 Milliard gagne $220 millions.

Le Congrès a décidé de gonfler légèrement les budgets 2009 proposés
par l?administration sortante lors des demandes de budget l?année
dernière et a voulu insisté sur les recherches concernant le
changement climatique puisque $2 Milliards y sont consacrés via des
financements NASA, NOAA ou NSF. A noter également dans ce texte 2
directions de travail concernant l?Espace pour l?OSTP (Office of
Science and Technology Policy) - bureau des Sciences de la Maison
Blanche. D?une part avec la NASA pour étudier la reprise de la
production de radio-isotopes pour générateurs thermoélectriques en vue
des futures missions scientifiques et d?exploration de l?agence
spatiale. D?autre part avec la NOAA et la NASA pour encourager des
initiatives privées en matière de surveillance de l?environnement
notamment, sur le modèle du programme COTS (Commercial Orbital
Transportation Services) ? déjà lancé dans le domaine des véhicules
spatiaux ? afin de pouvoir disposer de services commerciaux
d?observation de la Terre à coûts réduits.

La nouvelle administration a d?ores et déjà donné une idée des
requêtes budgétaires pour l?année fiscale 2010. Une nette augmentation
est prévue pour la NASA avec $18,7 milliards projetés pour l?année
prochaine et 4 directions stratégiques ont été énoncées par le
Président Obama :

* l?étude du changement climatique à travers l?observation de la Terre
* l?exploration avec un programme robuste impliquant des vols habités
? dans l?optique d?un retour sur la Lune ? et robotiques.
* la fin de la construction de la station spatiale internationale et
le développement d?un nouveau système pour les vols habités puisque la
fin des activités de navettes est toujours prévue pour 2010 (avec
éventuellement un vol supplémentaire avant fin 2010).
* la recherche aéronautique.

Cela dit, le budget détaillé et les nouvelles stratégies de l?agence
ne seront pas annoncés avant la fin du mois prochain avant que les
débats parlementaires ne se succèdent à ce sujet.

Par ailleurs, la NASA souffre de plus en plus de l?absence d?une
personnalité à sa tête pour relancer l?agence dans les multiples défis
qui s?annoncent ces prochains mois et pour redonner confiance aux
employés. Après les nominations de 2 candidats présumés à d?autres
responsabilités ? Isakowitz au Département de l?Energie et Gration en
tant qu?émissaire américain pour le Darfour ? l?intérêt d?Obama pour
la question spatiale est remis en question et les reproches fusent
concernant la lenteur de la nomination du remplaçant de Michael
Griffin. La Représentante de Floride Suzanne Kosmas a d?ailleurs
adressée une lettre ouverte au Président, signée par 13 autres
« congressmen » pour le presser de nommer un nouvel administrateur
sans délai.

Sources :

Texte du « 2009 Omnibus Appropriations Act » :
http://www.rules.house.gov/111/LegText/111_omni2009_2.htm

Washington Post, 24/03/2009
http://voices.washingtonpost.com/federal-eye/2009/03/who_will_serve_as_nasa_directo.html?hpid=topnews

Requête de budget NASA 2010 :
http://www.nasa.gov/pdf/315067main_fy10_nasa.pdf

-us.org/mailman/listinfo/list-usa-espace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Sam 28 Mar 2009 - 13:09

> 2 : ASTRONOMIE


* 2008TC3 : la pierre de rosette des astronomes ?

Les fragments d?un astéroïde dont la course vers la Terre avait été
détectée 20h avant son explosion dans l?atmosphère ont été retrouvés
dans le désert nubien au nord du Soudan, ce qui est tout à fait inédit
et constitue un grand pas en avant dans la connaissance de ces
météores qui pourraient un jour menacer la Terre.

Le 5 octobre dernier, Richard Kowalski identifia un point lumineux sur
son écran du télescope Catalina Sky Survey de Tucson (Arizona). Après
avoir averti ses collègues du Minor Planet Center (Harvard-Smithsonian
Center for Astrophysics) et du Jet Propulsion Laboratory (JPL) qui
mettent en ?uvre leur système de calculs de trajectoire, il apparait
que la probabilité de collision entre l?objet traqué et la Terre est
de 100%, cas tout à fait inédit puisque ce genre d?astéroïde,
d?environ 5m de diamètre pour 80 tonnes, est extrêmement difficile à
repérer avant son entrée dans l?atmosphère ? les astronomes de Tucson
ont eu la chance d?observer la bonne portion du ciel au bon moment.
L?Equipe du Dr. Chesley, scientifique au Near-Earth Object Program
Office de la NASA basé au JPL a pu calculer le lieu et le moment de
l?impact à un kilomètre et à quelques dixièmes de seconde près.
L?astéroïde préalablement nommé 2008TC3 s?est désintégré lors d?une
explosion assez spectaculaire observé par de nombreux témoins à 23
miles d?altitude au dessus du désert soudanais.

Petrus Jenniskens, un scientifique du SETI (Search for
Extra-Terrestrial Intelligence) Institute en Californie décida alors
de lancer des recherches afin de trouver d?éventuels débris et
commença à arpenter le désert de façon méthodique avec des étudiants
et chercheurs de l?université de Khartoum. Finalement, 280 pièces de
météorites représentant environ 5 kg ont été retrouvées. Les premières
analyses ont révélé que cette roche noire brillante, constituée
d?ureilite, provenait d?un astéroïde de type F, catégorie
particulièrement rare et mystérieuse (dont aucun fragment n?avait
encore été retrouvé sur Terre) et qui pourrait provenir d?un objet
beaucoup plus grand ayant eu des caractéristiques géologiques
similaires à celles d?une planète.
Pour Michael Zolensky, minéralogiste au Johnson Space Center de la
NASA, le fait d?avoir pu faire le lien entre un astéroïde traqué et
des météorites correspondantes retrouvées sur Terre constitue une
grande première qui ouvre des perspectives de recherche énormes pour
les astronomes.
De plus, ce fut également l?occasion de tester le système
d?observation, de calcul et d?alerte dont disposent les scientifiques,
au cas où un objet beaucoup plus gros venait à se diriger vers notre
planète un jour.

Sources :

Nature, 25/03/2009
http://www.nature.com/news/2009/090325/full/458401a.html

New Scientist, 25/03/2009
http://www.newscientist.com/article/dn16843-meteorite-hunters-strike-gold-in-sudan.html?full=true&print=true

New York Times, 25/03/2009
http://www.nytimes.com/2009/03/26/science/space/26asteroid.html?_r=1&ref=science

Science News, 25/03/2009
http://www.sciencenews.org/view/generic/id/42136/title/Asteroid_tracked_from_space_to_Earth

Pour en savoir plus :

Illustrations de Nature sur la chronologie des observations :
http://www.nature.com/news/2009/090325/full/458401a/box/1.html

Site du Near-Earth Object Program Office de la NASA basé au JPL :
http://neo.jpl.nasa.gov/



> 3 : ENVIRONNEMENT


* Missions spatiales environnementales : comment améliorer la
stratégie américaine ?

Une série d?auditions portant sur les programmes spatiaux de
surveillance de l?environnement a eu lieu au Congrès ces dernières
semaines au sein de la Commission des Appropriations de la Chambre.
Les informations apportées par les spécialistes invités à témoigner
devraient éclairer les législateurs de ce comité en charge d?allouer
les fonds aux agences et qui se préparent pour les débats concernant
les budgets 2010 de la NASA et de la NOAA notamment dans quelques
semaines.

Compton Tucker ? spécialiste des observations de la végétation au
Goddard Space Center de la NASA ? a insisté sur le rôle essentiel de
ce type d?observation pour la compréhension du changement climatique.
La continuité des données des satellites Landsat, le développement du
capteur de photosynthèse VIIRS (Visible Infrared Imager Radiometer
Suite) qui volera sur le satellite NPP (NPOESS Preparatory Project) ou
encore la conception d?un instrument mesurant la hauteur de la canopée
sont les priorités évoquées par le scientifique.
Son collègue du Goddard Robert Bindschadler a souligné l?importance
des données provenant des satellites observant la fonte des glaces et
le niveau des océans comme Terra, Aqua, ICESat et Grace de la NASA,
ERS 1 et 2 de l?ESA et bien sur les missions d?altimétrie
franco-américaine Topex et Jason. Le National Research Council (NRC) a
d?ailleurs reconnu l?observation des couches de glace et
l?océanographie spatiale en tant que composante clé du prochain plan
décennal en recommandant les missions SWOT (Surface Weather Ocean
Topography) ? partenariat franco américain ? et Grace II.

Antonio Busalacchi, de l?Université du Maryland, a quant à lui prôné
la continuité des données d?altimétrie océanographique et l?intérêt
d?améliorer les modèles d?interaction océan/atmosphère avec des
paramètres plus précis. Il a notamment rappelé le rôle crucial de
Jason-3 avant de déplorer les quelques incertitudes politiques qui
demeurent au sujet de ce satellite ? le sénateur Bill Nelson avait
d?ailleurs interpellé le nouveau Secrétaire au Commerce à ce sujet
lors de son audition de confirmation ? et d?évoquer le manque de
politique claire et de cohérence au sujet des observations climatiques
à long-terme.
C?est aussi l?avis de Richard Anthes ? Président de l?University
Corporation for Atmospheric Research ? qui a également remis en cause
les coopérations entre agences (à commencer par le schéma NASA/NOAA
qui confère le développement et la recherche au premier et les
opérations au second) et le manque d?une agence indépendante mandatée
et financée clairement pour apporter à la nation des observations et
prévisions sur le changement climatique.

Une étude de la NRC vient d?ailleurs d?être lancée afin d?évaluer les
obstacles posés par la coopération entre agences en matière
d?observation de la Terre. L?échange de données via des coopérations
internationales a été reconnu comme un élément indispensable du suivi
de l?environnement et des applications humanitaires ont également été
citées (USAID Famine Early Warning System) à destination de pays
africains notamment.
Pour information, l? «Omnibus Bill» voté il y a 2 semaines prévoit
$150 Millions pour accélérer l?implémentation des missions
recommandées par le plan décennal (Decadal Survey) de la NRC.

Sources :

Site du Comité des Appropriations de la Chambre des Représentants
(témoignages en ligne) :
http://appropriations.house.gov/Subcommittees/sub_cjs.shtml

Remerciements à Anna Burzykowska, Young Graduate Trainee au bureau de
l?ESA à Washington pour son support concernant l?audition suvante : «
Critical Satellite Climate Change Datasets, US House Appropriations
Committee, Science Subcommittee, 18/03/2009 »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Sam 28 Mar 2009 - 13:09

> 4 : VOLS HABITES


* L?ISS prête pour accueillir 3 colocataires supplémentaires grâce aux
mécaniciens de Discovery

La navette Discovery s?apprête à faire son retour sur Terre après une
mission de 13 jours en orbite qui marque une étape essentielle dans la
construction de la Station Spatiale Internationale (ISS). En
installant 2 nouveaux panneaux solaires sur la station, les
astronautes de l?équipage STS-119 ont doublé la capacité humaine de
celle-ci qui pourra bientôt fonctionner à plein régime avec 6 membres
d?équipage dès le mois de Mai.

L?atterrissage de la navette à Cap Canaveral est prévu samedi à 13h39
au Kennedy Space Center et la météo s?annonce favorable. En plus de
ses 6 membres d?équipage, Discovery ramènera sur la terre ferme Sandra
Magnus qui était en orbite depuis le mois de novembre dernier. Elle a
passé une grande partie de sa dernière journée dans l?Espace à faire
des exercices physiques afin de minimiser les désagréments dus au
retour à la gravité terrestre. L?astronaute japonais Koichi Wakata qui
était arrivé avec le shuttle est resté à bord de l?ISS et commence son
séjour de 4 mois.

La station attend maintenant l?arrivée de la capsule Soyouz qui a
décollé jeudi dernier avec 3 membres d?équipage à son bord. Le
cosmonaute Gennady Padalka et l?astronaute américain Michael Barratt
remplaceront les membres de l?expédition 18 de l?ISS, à savoir le
Commandant Mike Fincke et l?ingénieur de vol Yuri Lonchakov et
formeront donc l?expédition 19. Ils sont accompagnés de Charles
Simonyi, le millionaire américain qui effectue son deuxième vol en
tant que touriste spatial après avoir versé pas moins de $35 millions.
Il passera 10 jours en orbite avant de regagner la Terre le 7 avril
prochain avec les membres de l?expédition 18 de l?ISS.

Sources :

Reuters, 27/03/2009
http://www.reuters.com/article/scienceNews/idUSTRE52E09120090327

Actualité de l?ISS sur le site de la NASA :
http://www.nasa.gov/mission_pages/station/main/index.html

Associated Press, 26/03/2009
http://news.yahoo.com/s/ap/20090326/ap_on_re_as/as_kazakhstan_russia_space/print



> 5 : DEFENSE


* Collisions de satellites, menaces de débris : vers un système global
de surveillance du trafic spatial ?

La troisième édition de la conférence « Improving our vision » a eu
lieu à Washington les 23 et 24 mars derniers, permettant de constater
les progrès réalisés et d?évaluer les prochaines actions à
entreprendre en matière de surveillance de l?Espace (Space
Situationnal Awareness). Ce sujet considéré comme confidentiel ou
tabou il y a quelques années ne cesse de prendre de l?ampleur,
notamment après de récents incidents inédits.

Depuis le tir anti-satellite chinois de janvier 2007, provoquant une
augmentation considérable du nombre de débris spatiaux en même temps
qu?une prise de conscience internationale sur le sujet, plusieurs
évènements récents ont replacé ce problème au centre de l?actualité, à
commencer par la réponse américaine en février 2008 qui s?est traduit
par la destruction d?un satellite devenu incontrôlable et menaçant ?
aucun débris ne demeurait en orbite suite à ce tir alors que 2000
objets générés par le tir chinois sont toujours traqués, a déclaré le
Général Chilton de l?US Strategic Command il y a quelques jours.
Enfin, le 10 février dernier, la collision d?un satellite russe hors
service et d?un satellite commercial privé de la société américaine
Iridium a brusquement souligné la nécessité d?agir sur le sujet, et la
dernière illustration en date est l?évacuation temporaire de la
station internationale le 12 mars dernier en raison de la menace d?un
débris flottant à proximité de la station.

C?est dans ce contexte que ce workshop à l?initiative de l?Eisenhower
Center for Space and Defense Studies (lié à l?Air Force Academy) s?est
déroulé, en présence d?un auditoire réunissant des représentants
d?administrations et agences américaines, des délégations officielles
étrangères et des thinks tanks, universités, industriels et opérateurs.

Le système de surveillance spatiale américain, qui est une référence
en la matière, a été présenté par le Lieutenant Général Larry James,
de l?US Strategic Command. L?US Space Surveillance Network (USSSN)
consiste en un réseau mondial de radars qui scrutent les objets
rentrant dans l?atmosphère et surveillent continuellement environ
19000 débris en orbite autour de la Terre. Les données de ce réseau
sont disponibles sur internet et il fournit ainsi des calculs de
trajectoires orbitales permettant d?anticiper des collisions. Les
entités commerciales et étrangères peuvent ainsi bénéficier d?un
support pour analyser les risques de collisions pendant un lancement
ou une fois sur orbite. D?après James, la technologie doit encore être
améliorée pour être capable de traquer plus d?objets, et il y aurait
des lacunes d?infrastructures dans l?hémisphère sud.

La conférence a fait apparaître les nécessités et les obstacles à
surmonter pour aboutir à un véritable système de surveillance mondial.
Il convient bien sûr de disposer d?un grand nombre de données, qui
soient les plus précises et les plus fiables possibles.
D?autre part, la question de la confiance et de la transparence est
souvent revenue dans les discussions puisqu?un tel système nécessite
une mise en commun des données de tous. Pour Joe Rouge, Directeur du
National Space Security Office au Département de la Défense, la
compétition dans ce domaine n?a pas de sens et il faut aboutir à une
solution intégrant les informations de chacun, qu?ils soient acteurs
gouvernementaux, commerciaux, scientifiques ou militaires.
La question d?une entité capable d?assurer cette mission de
surveillance a également fait débat, notamment de la part des
opérateurs commerciaux dont certains ont évoqué la nécessité d?une
organisation tierce indépendante de tout gouvernement pour mener cette
mission.

Pour certains spécialistes, un point de non-retour aurait été atteint,
si bien que les débris déjà générés pourraient irrémédiablement mener
à de nouvelles collisions, à moins qu?un système de « nettoyage des
orbites » soit imaginé. Les experts sont en tout cas unanimes sur
l?impossibilité de contrôler le trafic spatial ? à l?image du trafic
aérien ? et cela dit sur la nécessité de l?observer en détails.
Durant la conférence, T.S. Kelso, du CCSI (Center for Space Standards
and Innovation) a présenté une solution technique qui met en commun
les informations de l?USSSN et celles des opérateurs ou agences
voulant bien collaborer avec le CCSI. Le logiciel calcule les risques
de collisions entre les engins pris en compte et envoie quasiment
instantanément des notifications aux acteurs concernés en cas de forte
probabilité de collision. Cet outil constitue un modèle de solution
technique pouvant d?ores et déjà être très utile (plusieurs opérateurs
utilisent déjà le système).

Finalement, même si des solutions techniques existent déjà, la
question de la transmission des données d?orbitographie de chaque
objet spatial reste délicate à gérer au niveau politique ; il faudra
aussi s?accorder sur des formats de données communs ou des normes
d?intégrité et de précision. Au niveau politique, l?action du COPUOS
(Committee on the Peaceful Uses of Outer Space) au sein des Nations
Unies pourrait se révéler décisive. Les satellites font partie
intégrante de nombreux outils indispensables utilisés dans la vie de
tous les jours et la composante spatiale constitue parfois un point
faible compte tenu de la difficulté de la contrôler et de la protéger,
c?est pourquoi le problème de la surveillance des trafics et des
débris devra trouver des réponses rapidement. L?augmentation des
risques d?incidents entrainés par la multiplication des débris
spatiaux et l?encombrement des orbites a d?ailleurs d?ores et déjà des
incidences sur les questions d?assurance de tels systèmes.

Pour en savoir plus :

Site de l?Air Force fournissant les données orbitales de surveillance :
http://www.space-track.org/

Site du CSSI :
http://www.centerforspace.com/

Site du United Nations COPUOS :
http://www.oosa.unvienna.org/oosa/COPUOS/copuos.html



[D'après Aerospace America, AFP, AIA, Analytical Graphics, AP, Associated
Press, Astroexpo.com, Aviation Week & Space Technology, Bloomsberg, Boeing,
boursorama.com, Caltechn, DARPA, Defense News, Denver Post,
Developmentgateway.org, DigitalGlobe, FAA, Floridatoday, Forecast
International, Houston Chronicle, Institute for Astronomy, Internetweek.com,
ILS, ITAR TASS, Jonathan's Space Report, Lockheed Martin, NASA, New York
Times, The Observer, Orbital Science Corporation, PanAmSat, Pentagon,
Planetary Society, Reuters, Russian Space Agency, Satnews.com, Space.com,
Spacedaily.com, Spaceflightnow.com, Spacetoday.net, Space News, Thuraya
Satellite Communication, University of Arizona, UPI, USA Today, USAF,
Washington Post]
_
_________________________________________________________

Etats-Unis Espace est une synthèse de presse hebdomadaire de
l?actualité spatiale américaine. Elle est préparée par le bureau du
CNES à Washington et réalisée par François Didelot, Sarah Guillou et
Emmanuel de Lipkowski.

Etats-Unis Espace est disponible sur Internet à l'adresse
http://www.france-science.org/-Etats-Unis-Espace

Le numéro de la semaine vous y attend, ainsi qu'un formulaire
d'inscription et de désinscription automatique. Enfin, vous pouvez y
consulter les archives grâce à un moteur de recherche par mot-clé.

Copyright:
Cette publication relève de la législation française et internationale
sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle. La reproduction
en tout ou partie des éléments et informations contenus dans cette
lettre n'est possible qu'après autorisation expresse (faire parvenir
les demandes à l'adresse: usa-espace@ambafrance-us.org) et indication
claire et lisible de la source sous la forme suivante : Ce document
provient du bureau du CNES de l'Ambassade de France aux Etats-Unis.

_______________________________________________
List-usa-espace mailing list

http://lists.ambafrance-us.org/mailman/listinfo/list-usa-espace



_______________________________________________
List-usa-espace mailing list

http://lists.ambafrance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DoubleMexpress
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1627
Age : 40
Localisation : Belgique - Hainaut
Date d'inscription : 22/11/2006

MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Dim 29 Mar 2009 - 21:08

Merci Dominique ...

Le point 5 est en effet un fameux "challenge"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.astronaute.be
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Sam 25 Avr 2009 - 14:09

1 : VOLS HABITES / ASTRONOMIE
Hubble en orbite trouble

Alors que le vénérable Hubble attend sa quatrième maintenance en vol,
la NASA se questionne sur la sécurité de la mission à laquelle incombe
cette tâche, STS-125. En effet, le télescope se trouve actuellement
sur une orbite située à 560 kilomètres d?altitude, une hauteur
particulièrement affectée par les récents incidents producteurs de
débris spatiaux : ainsi, ce n?est qu?a 300 kilomètres de l?orbite sur
laquelle la Chine testa en 2007 son missile ASAT (Anti-SATellite), et
à seulement 229 kilomètres de celle ou se produisit la collision entre
Iridium 31 et Cosmos 2251 en début d?année. Or la vitesse orbitale est
telle que la collision dans l?espace avec la moindre particule peut
s?avérer fatale.

De ce fait, l?indice de risque de perte d?un membre d?équipage ou d?un
appareil, dont le seuil acceptable est fixe à 1/200 par la NASA et
diminue a 1/300 pour les missions de la navette se situant sur
l?orbite de l?ISS (360 kilomètres d?altitude) augmente a 1/185 pour la
mission STS-125.

La mise en ?uvre de mesures d?exception a donc été prévue par l?agence
américaine, notamment la possibilité de réorienter la navette en
orbite afin d?exposer en priorité ses parties les moins vulnérables et
la réduction de la durée des travaux extravéhiculaires. Mais surtout,
la navette Endeavour et une équipe de secours se tiendront prêtes pour
une éventuelle intervention d?urgence.

Des solutions qui, si elles s?avéreront sans doute efficaces, laissent
entier le problème des débris spatiaux : en effet, le phénomène
d?auto-génération qui le caractérise va multiplier les besoins et les
coûts de protection. Des fonds qui pourraient être affectés au respect
des lignes de conduite édictées en 2002 par l?Inter-Agency Space
Debris Coordination Committee et reprises ensuite par l?ONU visant à
limiter la production de débris spatiaux. Ainsi seulement pourra être
instaurée une sécurité durable des missions spatiales.

Sources :

Nasa Spaceflight, 15/04/2009
http://www.nasaspaceflight.com/2009/04/sts-125-nasa-updates-debris-risks-for-atlantis-hubble/

ABC News, 13/02/2009
http://abcnews.go.com/Technology/Space/story?id=6867190&page=1

Discovery Channel, 08/09/2008
http://dsc.discovery.com/ads/ad_interstitial_fill13.html?dest=http://dsc.discovery.com/news/2008/09/08/hubble-space-debris.html


> 2 : LANCEURS PRIVES

Le prochain vol de Falcon 1 reporté

Un accord a été passé entre la société de lancement privée SpaceX et
le constructeur de satellites Malaisien ATSB pour reporter le
lancement du satellite de télédétection Razaksat : un risque
d?incompatibilité entre le lanceur Falcon 1 et sa cargaison aurait été
découvert, et un environnement véhicule défaillant pourrait avoir des
conséquences sur le succès de la mission.

Rappelons que le déploiement de Razaksat représente un challenge
nouveau pour les ingénieurs : en effet, la quasi-totalité des
satellites d?imagerie vole sur une orbite dite héliosynchrone, afin
que leurs photographies bénéficient toujours de l?éclairage solaire.
Or RazakSat étant destiné à prendre des vues de la zone équatoriale,
il sera placé sur une autre orbite, inhabituellement proche de la
ligne imaginaire, afin de lui assurer une fréquence de passage élevée.
Un lancement singulier qui, s?il était réussi, pourrait bien marquer
l?avènement de SpaceX.


Sources :

Space Travel, 20/04/2009, SpaceX Delays Falcon 1 Razaksat Launch
http://www.space-travel.com/reports/SpaceX_Delays_Falcon_1_Razaksat_Launch_999.html

> 3 : ENVIRONNEMENT

Rappel à l?ordre du Congrès pour le bien du programme météo de la NOAA


Dans un contexte ou la NOAA (National Oceanic and Atmospheric
Administration) connait des difficultés à gérer le développement de
ses programmes spatiaux de nouvelle génération (à l?image des dérives
calendaires et financières du programme de satellites environnementaux
NPOESS), le GAO a été saisi pour contrôler la gestion conjointe par la
NOAA et la NASA du programme GOES-R (Geostationary Operational
Environment Satellite) et a publié ce mois-ci le résultat de son
enquête, dont il a été question lors de cette audition.

GOES-R est l?appellation donnée à la future génération des satellites
météorologiques géostationnaires de la NOAA qui doit remplacer la
génération actuelle.
Aujourd?hui, 2 satellites sont opérationnels, le premier observant la
côte Ouest des Etats-Unis et le second la côte Est alors qu?un 3ème
satellite de réserve est maintenu sur une orbite de stockage en cas de
problème. La génération actuelle (dénommée GOES-N) sera complétée par
un satellite lancé cet été et un dernier l?an prochain. Le premier
satellite de la future génération (GOES-R) est donc encore en phase de
développement puisque les contrats concernant les instruments ont été
attribués alors que les contrats concernant l?intégration du satellite
et le segment sol devraient trouver preneur dans les 2 prochains mois.
L'imagerie et les données provenant des satellites GOES procurent un
flux continu et fiable d'informations utilisées pour la prévision des
cyclones et ouragans notamment.

Le programme avait déjà été restructuré après une première enquête du
GAO (Government Accountability Office) fin 2006 dénonçant des
dépassements de coûts astronomiques ($11.2 Milliards projetés par le
GAO à comparer aux $6.2 Milliards du plan originel). Des instruments
(environ la moitié) ont été supprimés du programme, tout comme de
nombreux produits prévus (passant de 81 à 34). La nouvelle enquête
affiche un coût de $7.67 Milliards dépassant les $7 Milliards
replanifiés et dénonce le retard dans l?agenda du développement du
projet qui ont causé le report de la date de lancement du premier
satellite à avril 2015. Le GAO met en relief le risque d?interruption
des données météo GEOS pourtant vitales aux alentours de 2015 en cas
de nouveau report puisque seuls 2 satellites seront sur orbite (pas de
réserve en cas de défaillance d?un des 2 engins). Voici comment le GAO
résume le programme : celui-ci a « multiplié ses coûts, diminué en
capacité et augmenté ses délais ».

Deux responsables du programme ont donc été entendus en plus du
rédacteur du rapport du GAO. Il s?agissait de :

George Morrow, NASA Goddard Space Flight Center (en charge des aspects
segment spatial),
Mary Ellen Kicza, Administratrice de la NESDIS (branche satellite de
la NOAA qui est en charge du segment sol de la mission),
David Powner, chef de l?équipe du GAO ayant interrogé les responsables
du programme à la NOAA et à la NASA durant les 5 dernières années.

Le chairman du Sous-Comité, Mr. Brian Baird (Dém./Washington) a été
particulièrement virulent en demandant des comptes aux responsables du
programme. Il a dénoncé la nouvelle dérive du programme en matière
d?augmentation de coûts et de délais malgré les coupes tranches faites
dans les objectifs et les moyens de la mission. Il a également
regretté que le GAO découvre des problèmes dont les responsables
auraient du en aviser le Congrès et les contribuables. Le ranking
member Bob Inglis (Rép./South Carolina) a lui insister sur les risqué
d?interruption dans la continuité des données et les conséquences pour
la prévision d?évènements météorologiques destructeurs comme les
ouragans. Le Représentant Vernon Elhers (Rép./Michigan) ? ancien
chairman ? a souligné son inquiétude quant à la réduction systématique
des capacités techniques, des instruments et donc des ambitions de la
mission du fait des problèmes de gestion du projet. Il a également
fait référence aux graves dérives du programme NPOESS. Enfin, Mrs.
Donna Edwards (Dém./Maryland) ? ancienne employée du Goddard Space
Center ? a également fait part de sa grande préoccupation concernant
un « gap » dans les données notamment.

La question du choix et du suivi des contracteurs a été évoquée en ce
qui concerne les instruments qui connaissent des retards de
développement. L?attribution du contrat du satellite à Lockheed Martin
l?an dernier avait été suivi d?une plainte de Boeing qui a provoqué
son annulation et un glissement dans l?agenda. Un fournisseur sera de
nouveau choisi en mai et juin pour le segment satellite, tout comme
celui du segment sol, a annoncé Mary Kicza.
Elle a également rappelé que la situation ne pouvait être comparée à
NPOESS et que malgré la réduction des instruments, les performances du
satellites seraient tout de même bien meilleure que celles des engins
précédents (résolution augmentée 4 fois, couverture 5 fois, nouvelle
architecture du bus du satellite). Elle a aussi rappelé que le
programme en était encore à ses débuts (le développement du satellite
prend 72 mois), d?où des fluctuations dans les estimations de coûts,
pour un programme particulièrement sophistiqué et complexe.
Le Chairman a interrogé les 2 responsables sur la santé du partenariat
NOAA/NASA, ce à quoi ils ont répondu qu?il n?y avait aucun problème de
ce côté-là malgré quelques rumeurs de compétition entre agences
évoquées par le Congressman.
Mrs. Edwood a voulu connaître les solutions de secours en cas de
problèmes menant à une interruption de données, et il est intéressant
de noter que Mary Kicza a systématiquement évoqué le secours des
capacités européennes puisque de nombreuses collaborations sont déjà
en cours entre agences météo.
Enfin, Mr. Elhers a tout de même insisté sur le caractère
indispensable de ce genre de programme pour les données critiques
qu?il permet d?obtenir sur les catastrophes naturelles qui menacent
régulièrement les Etats-Unis (ouragans, tornades, etc?) avant
d?insister sur le besoin du Congrès d?apporter son aide aux agences
compétentes pour assurer le développement de ces programmes et éviter
toute interruption de données.
Mary Kicza a d?ailleurs estimé qu?un tiers du PIB américain était
potentiellement impacté par les applications liées aux données
météorologiques de GEOS.

Finalement, les Congressmen ont voulu mettre en garde les responsables
de la NOAA et de la NASA afin d?éviter qu?une situation comme celle du
programme NPOESS se reproduise avec des coûts et des retards
augmentant démesurément. Ils ont tout de même reconnu le caractère
indispensable d?un tel programme avant d?apporter leur soutien aux
responsables et de souhaiter une relation étroite entre eux et le
Congrès pour sécuriser ce programme, surtout en vue des demandes de
budgets 2010.

Page de l?audition sur le site du Sous-Comité à l?Energie et à
l?Environnement à la Chambre des Représentants :

http://science.house.gov/publications/hearings_markups_details.aspx?NewsID=2425
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Sam 25 Avr 2009 - 14:09

> 4 : POLITIQUE SPATIALE

Un seul administrateur manque, et toute la NASA est dépeuplée.


Si le manque d?un administrateur à la NASA suscite actuellement tant
de questions, c?est que l?agence américaine a impérieusement besoin
d?un leader afin de rapidement faire les choix auxquels elle sera
bientôt confrontée.

Jusqu?à présent, les changements d?administration n?avaient eu que peu
de prise sur la NASA, dont la tâche consistait essentiellement à
organiser les vols de la navette visant à bâtir la Station Spatiale
Internationale. Mais aujourd?hui, le véhicule est en passe d?être
retiré du service.

En effet, le 30 avril prendra fin la loi du Congrès ayant ordonné,
l?an dernier, le gel de toutes les mesures visant à démanteler les
programmes de la navette spatiale, ceci afin d?à terme supprimer
définitivement la navette, trop onéreuse, et de la remplacer par les
nouveaux appareils du projet Constellation, un programme de 230
milliards de dollars.

Dés lors, la NASA devra faire un choix : entamer les procédures
d?abandon de la navette et faire face à la question budgétaire, ou
bien suivre les voix conservatrices qui préconisent d?en allonger la
durée de vie, afin par exemple de n?avoir pas à compter sur les Russes
pour toute mission nécessitant une présence humaine en orbite avant
l?aboutissement de Constellation. Une dépendance qui durerait 5 ans
selon les planifications actuelles, de la cessation des vols de la
navette en 2010 jusqu?à la finalisation des appareils de nouvelle
génération en 2015.

Mais pourquoi, s?il y a de tels enjeux, l?administration Obama, qui a
déjà nommé plus de 200 hauts fonctionnaires, ne fait-elle pas ne
serait-ce qu?une seule proposition pour le poste d?administrateur de
l?agence spatiale ?

Il semblerait que la réponse soit d?ordre économique : en effet, la
NASA est le troisième plus gros cocontractant public de l?industrie.
Le secteur spatial étant de dimensions réduites, il est difficile
d?éviter les conflits d?intérêts. Mais surtout, la conjecture actuelle
relègue aux yeux de l?Etat la conquête spatiale aux rangs des
priorités les plus inférieures.

Sources :

SETH BORENSTEIN, 22/04/2009, NASA faces deadline for tough decisions
on shuttle
http://www.forbes.com/feeds/ap/2009/04/22/ap6325119.html

> 5 : SECURITE

Nettoyeur de l?espace, un métier d?avenir


Abandon d?un satellite, destruction de celui-ci, maladresse de
l?astronaute qui laisse son sac d?outils sombrer dans l?infini? autant
d?activités qui laissent des traces et font des orbites terrestres de
véritables décharges, dont les ordures voyagent à vitesse orbitale et
deviennent redoutables pour toute entreprise humaine conduite dans
l?espace. Les plus récents évènements, le test antisatellite Chinois
en 2007 et la collision entre Iridium et un satellite-débris Russe
Cosmos 2251 sont à l?origine de 40% du nombre total actuel de ces
objets.
D?ailleurs, l?affaire Iridium met à mal le secteur spatial américain :
comment aujourd?hui se réclamer d?une Space Situational Awareness,
d?une information totale de ce qui se passe dans l?espace, quand l?un
de ses satellites vient d?être percuté par un autre ?

Il semblerait qu?il s?agisse là d?un état de fait qui a alarmé l?US
Air Force, puisque celle-ci a décidé de se détourner des capteurs
qu?elle utilisait jusqu?à maintenant pour se pencher sur les
techniques utilisées par les opérateurs privés afin de contrôler leurs
satellites. De par leur spécialisation, ils ont en effet accès à plus
de données en la matière que les polyvalents militaires. Le
partenariat est par ailleurs bilatéral : ainsi, l?Air Force
transmet-elle gratuitement aux entreprises intéressées les
savoir-faire qu?elle a développé afin d?éviter les collisions en orbite.

La science est-elle aussi sollicitée : des discussions ont été
engagées pour étudier l?éventuelle adéquation des immenses
radiotélescopes du programme, qui pourraient être utilisés afin de
localiser et d?identifier, et de discriminer les satellites en
activité des débris dans la foultitude des objets spatiaux. Une
nouvelle ère de la Space Situationnal Awareness s?ouvre donc, qui ne
demande pas uniquement d?observer les satellites du monde entier, les
américains cherchent dorénavant à identifier en détails le rôle de
chaque engin.

Mais d?autres réflexions émergent quant à l?association de l?industrie
privée au nettoyage de l?espace : pour les savants de l?Applied
Physics Laboratory, si c?est bien la science qui doit donner
l?impulsion, c?est aux entreprises et aux gouvernements de nettoyer
effectivement l?espace. Pour eux, bientôt les orbites seront
inutilisables si aucune mesure concrète n?est prise; c?est pourquoi,
selon leurs estimations, dans 10 à 20 ans le besoin d?un éboueur
spatial sera si pressant que la prochaine ère spatial ne serait pas
celle de la Space Situationnal Awareness, mais plutôt celle du
nettoyage de l?espace, un programme d?envergure qui pourrait
solliciter l?essentiel des missions à venir.

Sources :

Space News, 20/04/2009, APL scientists contemplating plan for cleaning
up space debris
Space News, 20/04/2009, Proposed SSA improvements include non-Air Force data

> 6 : EN BREF

Le nouveau module de l?ISS ne s?appellera pas Colbert?


?mais son tapis de course, si. Un nom bien abscons pour le vieux
continent, tout au plus évoquant de vagues souvenirs d?histoire et
d?économie, mais qui pourtant fait débat outre-Atlantique.

Tout commença lorsque la NASA décida de recourir a la démocratie afin
de nommer le nouveau module d?assistance a la vie de l?ISS. Ainsi le
public américain dut-il choisir entre quatre propositions de nom
(Earthrise, Legacy, Serenity et Venture), ou en proposer de nouveaux.
C?est alors qu?un présentateur de télévision particulièrement
populaire aux Etats-Unis, Stephen Colbert, exhorta ses téléspectateurs
à voter pour son propre nom.

Ce fut cette proposition qui finalement remporta le plus de suffrages.
L?animateur invita sur son plateau l?astronaute Sunita Williams pour
annoncer le nom retenu par la NASA. Coup de théâtre, celle-ci annonça
non pas le patronyme de son hôte, mais celui de la mer ou 40 ans plus
tôt alunissait Apollo 11, Tranquility. Mais elle ajouta que le nom de
Colbert serait attribue au tapis de course du module, le Combined
Operational Load Bearing External Resistance Treadmill.

Stephen Colbert s?avoua très heureux de ce compromis. « Finalement, je
préfère le tapis de course au module entier », a-t-il déclaré. « Le
module n?est qu?une boite autour du tapis. Personne ne s?est jamais
écrié « Ma mère m?a acheté une super boite Nike », ce sont des
chaussures qu?il y a a l?intérieur qu?on se vante ».

Sources :

NASA, 15 avril 2009, New space station module name honors Apollo 11
anniversary
CNN, 15 avril 2009, NASA names cosmic treadmill after Colbert


> 6 : UP TO DATE

Présence à bord de l'ISS en ce moment :

Expédition 19 : Gennady Padalka (Commandant, Russie), Michael Barratt
(Etats-Unis) et Koichi Wakata (Japon)

Lancements effectués depuis la dernière édition :

18/01/2009 : Lanceur américain Delta 4H avec le satellite espion
NROL-26 ? Cap Canaveral Air Force Station ? Floride - SUCCES


23/01/2009 : Lanceur Japonais H-2A avec le satellite d?obeservation
GOSAT ? Tanegashima - Japon ? SUCCES

30/01/2009 : Lanceur russe Tsyklon avec le satellite d?observation du
Soleil Koronas Foton - Cosmodrome de Plesetsk ? Russie - SUCCES

02/02/2009 : Lanceur Iranien Safir-2 avec le comsat OMID ? IRAN - SUCCES

06/02/2009 : Lanceur américain Delta-2 avec le satellite de
météorologie NOAA-N Prime ? Vandenberg Air Force Base - Californie -
SUCCES

10/02/2009 : Lanceur russe Soyouz avec le 32e cargo PROGRESS-
Cosmodrome de Baikonour ? Kazakhstan ? SUCCES

11/02/2009 : Lanceur russe Proton avec les satellites de communication
AM44 et EXPRESS MD1 ? Cosmodrome de Baikonour ? Kazakhstan ? SUCCES

12/02/2009 : Lanceur européen Ariane V avec les satellites HOT BIRD 10
et NSS9 ? Centre Spatial Guyanais ? France ? SUCCES

24/02/2009 : Lanceur américain Taurus XL avec l?Orbiting Carbon
Laboratory - Vandenberg Air Force Base ? Californie ? ECHEC

26/02/2009 : Lanceur Russe Zenit avec le comsat TELSTAR-11N -
Cosmodrome de Baikonour ? Kazakhstan ? SUCCES

27/02/2009 : Lanceur Russe Proton avec le comsat militaire Raduga-1 -
Cosmodrome de Baikonour ? Kazakhstan ? SUCCES

7/03/2009 : Lanceur américain Delta-2 avec le vaisseau d?exploration
Kepler - Cape Canaveral Air Force Station ? Florida ?SUCCES

15/03/2009 : Navette américaine Discovery avec la poutre Starboard 6
de l?ISS ? Centre Spatial Kennedy ? Floride ? SUCCES

17/03/2009 : Lanceur Russe Rockot avec le satellite GOCE de l?ESA ?
Cosmodrome de Plesetsk ? Russie ? SUCCES

24/03/2009 : Lanceur américain Delta-2 avec le satellite GPS 2R-20 -
Cape Canaveral Air Force Station ? Florida ?SUCCES

26/03/2009 : Lanceur Russe Soyouz avec l?équipage de l?expédition 19
vers l?ISS - Cosmodrome de Baikonour ? Kazakhstan ? SUCCES

03/04/2009 : Lanceur Russe Proton avec le comsat W2A - Cosmodrome de
Baikonour ? Kazakhstan ? SUCCES
04/04/2009 : Lanceur Américain Atlas-5 avec le comsat WGS-2 - Cape
Canaveral Air Force Station ? Florida ?SUCCES

19/04/2009 : Lanceur Indien PLSV avec le satellite radar RISAT ?
Centre spatial Satish Dhawan ? Inde ?SUCCES

20/04/2009 : Lanceur Sea Launch Zenit avec le comsat militaire Italien
SICRAL-1B ? Plate-forme Odyssey ? Océan Pacifique - SUCCES



Lancements prévus jusqu'en juin 2009 :05/05/2009 : Lanceur américain Delta-2 avec le satellite d?alerte
avancée STSS-ATRR - Vandenberg Air Force Base ? Californie

05/05/2009 : Lanceur américain Minotaur avec le Air Force Research
Laboratory TACSAT - Mid-Atlantic Regional Spaceport - Virginia

07/05/2009 : Lanceur Russe Soyouz avec le 33e cargo PROGRESS -
Cosmodrome de Baikonour ? Kazakhstan

??? : Lanceur européen Ariane 5 avec l?observatoire Herschel&Planck ?
Centre Spatial Guyanais ? France

11/05/2009 : Navette américaine Atlantis transportant la mission de
maintenance d?Hubbles ? Centre Spatial Kennedy ? Floride

14/05/2009 : Lanceur Russe proton avec le comsat Protostar-2 -
Cosmodrome de Baikonour ? Kazakhstan

??? : Lanceur américain Falcon-1 avec le satellite de télédétection
malaisien Razaksat - Kwajalein Atoll ? Iles Marshall

27/05/2009 : Lanceur Russe Soyouz avec les membres de l?expedition 20
vers l?ISS - Cosmodrome de Baikonour ? Kazakhstan



[D'après Aerospace America, AFP, AIA, Analytical Graphics, AP, Associated
Press, Astroexpo.com, Aviation Week & Space Technology, Bloomsberg, Boeing,
boursorama.com, Caltechn, DARPA, Defense News, Denver Post,
Developmentgateway.org, DigitalGlobe, FAA, Floridatoday, Forecast
International, Houston Chronicle, Institute for Astronomy, Internetweek.com,
ILS, ITAR TASS, Jonathan's Space Report, Lockheed Martin, NASA, New York
Times, The Observer, Orbital Science Corporation, PanAmSat, Pentagon,
Planetary Society, Reuters, Russian Space Agency, Satnews.com, Space.com,
Spacedaily.com, Spaceflightnow.com, Spacetoday.net, Space News, Thuraya
Satellite Communication, University of Arizona, UPI, USA Today, USAF,
Washington Post]
_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Mar 28 Avr 2009 - 10:02

Merci pour ce précieux lien
Super applaudir
wink
Revenir en haut Aller en bas
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Sam 2 Mai 2009 - 14:43

n° 460 -1-

> 1 : INDUSTRIE / EXPORTATION
Une réforme de l’ITAR à l’ordre du jour
dans certains staffs de Congressmen
Un mois après une audition sur le sujet tenue au sein du Comité aux Affaires Etrangères de la Chambre des Représentants, une réforme des procédures d’exportation concernant les produits spatiaux américains est plus que jamais dans l’air du temps. Un workshop impulsé par l’AIAA (American Institute of Aeronautics and Astronautics) a réunie cette semaine à Washington quelques représentants de l’industrie spatiale américaine ainsi que des personnalités du gouvernement pour évoquer de façon constructive et pragmatique des solutions pour atténuer les effets négatifs des règles d’exportation sur l’industrie tout en préservant les impératifs de Sécurité Nationale.
Menés par Mike Gold, de Bigelow Aerospace – firme produisant des modules spatiaux habitables en vue de stations privées par exemple – le premier panel était constitué de représentants de la nouvelle génération d’entrepreneurs du spatial américain, comme Virgin Galactic et SpaceX. Gold a dénoncé l’obstacle juridique de l’ITAR qui fut selon lui le plus gros défi lorsque Bigelow Aerospace a lancé son module Genesis 2 sur un lanceur russe depuis une base militaire sibérienne. Il a mis en avant l’absurdité de certaines directives entravant le programme et les coûts - $220 000 – et retard impliqués par la procédure. Pour lui, une réforme est indispensable et ne va pas du tout à l’encontre des questions de Sécurité Nationale ; celle-ci peut même être renforcé si une bonne discrimination est faite entre matériel sensible méritant davantage d’attention et le matériel générique et commercial qui devrait être soulagé du joug de l’ITAR (en disparaissant de la liste USML – United States Munitions List). Aujourd’hui de nombreuses barrières sont dues à l’ITAR dans le développement de programmes spatiaux, et les petites structures en souffrent particulièrement : par exemple, le transfert d’une technologie vers une équipe de la même entreprise située à l’étranger pose problème, tout comme la venue de travailleurs étrangers, ou même la participation d’astronautes ou touristes dans des vols impliquant des véhicules commerciaux américains.
L’intervention du Congressman Ruppersberger a été particulièrement marquante par sa détermination à faire évoluer les choses au niveau politique maintenant que la prise de conscience a eu lieu sur le problème. Il a indiqué sa volonté d’aller de l’avant sur le sujet au sein du Congrès et plus particulièrement du Comité aux Affaires Etrangères mais aussi en utilisant ses contacts dans l’Administration. Il n’a pas hésité à interrogé l’audience avant de l’engager à envoyer à son staff toute recommandation que chacun pourrait avoir en la matière.
Selon une enquête du bureau « Space Commercialization » du Département du Commerce, 27% des entreprises spatiales américaines ont envisagé de restreindre leur activité à l’intérieur des frontières du pays à cause des procédures d’exportation alors que 36% s’estiment directement concurrencés par les produits « ITAR-free » et 52% pensent que certains de leurs produits ne devraient pas figurer sur la liste de munitions encadrée par l’ITAR.
Une des barrières à une réforme de l’ITAR tient dans la méfiance de certains politiques envers certains pays concurrents dans le domaine spatial stratégique et militaire ; cet argument s’oppose toujours à l’adoucissement de la loi qui soulagerait le marché spatial
américain. Le Congrès est cela dit résolu à avancer sur le sujet, et la nomination prochaine d’Ellen Tauscher – Représentante de Californie chairwoman du Sous-Comité aux Forces Stratégiques – au poste de sous-directeur à la non-prolifération et aux affaires étrangères du Département d’État sera déterminante.
Pour en savoir plus :
Interview de Mike Gold par « The Economist » :
http://audiovideo.economist.com/?fr_story=a4143e435af7113d89b85853f80806c7514406de&rf=bm
Article de « The Economist », 22/04/2009
http://www.economist.com/science/tm/displayStory.cfm?story_id=13525115&source=hptextfeature

> 2 : VOLS HABITES
Lancement confirmé pour STS-125


Le départ de la mission STS-125 était jusqu’alors incertain du fait du risque de dégâts substantiels encouru : en effet, afin d’accomplir sa tâche de réparation d’Hubble, la navette Atlantis doit emmener son équipage à 560 kilomètres d’altitude, une orbite particulièrement polluée par les débris spatiaux.
Toutefois, la NASA a déployé de nombreuses mesures de sécurité afin de ramener les probabilités de collision à un niveau acceptable : outre la réduction du temps que l’équipage devra passer en cette zone et des changements de position que devra accomplir le véhicule afin de diminuer son exposition, une deuxième navette, Endeavour, et son équipage se tiendront sur le pas de tir du Centre Spatial Kennedy, prêts à partir pour une mission de sauvetage du nom de code STS-400. Ce secours ne pourra toutefois partir que sept jours après le décollage d’Atlantis, mais pourra récupérer son équipage dés son second jour de vol.
Cette seconde mission aurait lieu, le cas échéant, dans des conditions très spéciales : en effet, chaque navette dispose normalement d’une « zone transocéanique d’atterrissage », un point situé en Europe ou en Afrique où la navette peut, en cas de défaillance technique importante qui se produirait juste après le décollage, atterrir en toute sécurité, alors même qu’elle ne peut plus atteindre son point de départ. En effet, puisqu’Endeavour ne transportera pas de charge importante, elle sera suffisamment légère et donc manoeuvrable pour retourner en Floride immédiatement après son lancement, si le besoin s’en faisait sentir. De plus, les conditions nécessaires à l’autorisation d’un atterrissage d’urgence seront appréciées avec la plus grande rigidité, du fait du caractère de survie du vol.
Forte de ce soutien, la navette Atlantis a été autorisée à partir le 11 mai 2009. Son équipage devra réaliser cinq sorties afin d’accomplir sa mission, chacune durant de 6 à 7 heures. Ces opérations viseront notamment à installer sur Hubble le nouvel appareil photo Wide Field Camera 3 et le Cosmic Origins Spectrograph, un instrument de spectroscopie. Ceci permettra d’allonger la durée de vie du télescope de 5 à 10 ans, après quoi il devrait être désorbité, ceci grâce au système approprié qui lui sera d’ailleurs apporté par la mission STS-125.
Sources :
Space.com , 30 avril 2009, Shuttle Flight to Save Hubble Telescope to Launch May 11
http://www.space.com/missionlaunches/090430-sts125-launch-date.html
NasaSpaceFlight, 30 avril 2009, NASA approves May 11 for STS-125, reviews ‘Special Topics’ for STS-400
http://www.nasaspaceflight.com/2009/04/nasa-approves-may-11-for-sts-125-reviews-sts-400/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Sam 2 Mai 2009 - 14:46

n°460 -2-

> 3 : BIOLOGIE
Des levures en orbite
Genesat-1, un nanosatellite conçu par le Small Spacecraft Office de la NASA et lancé en décembre 2006, aura bientôt une descendance. Cet appareil d’un genre nouveau comportant un laboratoire entier d’étude du comportement des bactéries (et donc de la vie) dans l’espace, le tout entièrement autonome et pesant moins de 5 kilogrammes, a permis de voir que l’étude en milieu spatial n’a pas besoin d’être onéreuse pour être efficace.
C’est en prenant exemple sur cette expérience que la NASA a créé PharmaSat : encore moins lourd que son prédécesseur (4.5 kilogrammes), ce nouveau satellite vise à étudier l’influence de l’environnement orbital sur le fonctionnement des médicaments. A cette fin, il intègre des levures et des mécanismes de contrôle de variation de leur résistance à des agents antimycosiques qui leurs seront opposés, à des doses variables. La croissance et l’état de santé des cellules seront, durant les 96 heures de l’expérience, analysés par des senseurs et communiqués à la Terre, où il sera procédé à leur interprétation. Les résultats permettront de faire avancer la recherche sur les longs voyages spatiaux, dont les effets indésirables se produisent au niveau moléculaire (atrophie musculaire, amoindrissement de la densité des os…)
PharmaSat devrait être lancé le 5 mai 2009, depuis une fusée Minotaur-1. Au-delà de l’expérience qu’il porte, l’appareil représente aussi un intérêt certain pour qui s’interroge sur le futur du secteur spatial, dont il brise plusieurs des conventions : ses coûts sont largement en dessous de ceux normalement constatés pour les satellites scientifiques. En effet, l’accès à l’espace est facturé à la masse, et le gabarit ultra-réduit de PharmaSat lui permet d’être embarqué sur son lanceur accompagné d’autres charges utiles. Mais surtout, il ne nécessite nullement la présence d’humains en orbite, un facteur qui non seulement lui assure un coût de fonctionnement au plus bas, mais qui rassure aussi quant à l’avenir de la science dans l’espace américaine qui sera probablement bientôt privée de navette.
Sources :
Space-Travel, 28 avril 2009, NASA to study antifungal drugs in space
http://www.space-travel.com/reports/NASA_to_study_antifungal_drugs_in_space_999.html
Pages de la NASA consacrées à GeneSat et PharmaSat :
http://www.nasa.gov/centers/ames/missions/2007/genesat1.html
http://www.nasa.gov/mission_pages/smallsats/pharmasat.html
http://microsatellitefreeflyer.arc.nasa.gov/pharmasat.html

> 4 : EXPLORATION MARS
« Les défauts de l'esprit augmentent en vieillissant comme ceux du visage. »
François de la Rochefoucauld, Maximes
Alors qu’elle doit s’apprêter à affronter, dés mai 2009, les terribles tempêtes de sable martiennes qui mettront ses batteries solaires à mal, le rover Spirit donne d’étranges signes de vieillesse.
L’engin semble en effet avoir le réveil difficile : par trois fois dans la semaine du 6 au 12 l’on n’a pu le tirer de sa « sieste » quotidienne, un état de pause dans lequel il est quotidiennement plongé, à des fins de sauvegarde d’énergie, entre sa période d’étude du sol martien et la communication de ses résultats vers la Terre.
De plus, il lui arrive de radoter, de redémarrer sans crier gare ses ordinateurs, ainsi que cela s’est produit les 11, 12 et 18 avril 2009.
Mais plus mystérieux encore sont ses trous de mémoire : en effet, les 11 et 13 avril, Spirit n’a enregistré aucune information durant ses opérations. Rien ne semble toutefois lier ce comportement aux incidents précédents : en effet, la mémoire du robot est dite flash, ce qui signifie qu’elle conserve les données même lorsqu’elle n’est pas directement alimentée.
L’équipe en charge de manoeuvrer l’appareil enquête actuellement sur ces problèmes. Elle a décidé de modifier le protocole d’enregistrement des informations, afin de pouvoir utiliser la mémoire RAM de Spirit si une nouvelle amnésie se produisait : en effet, la mémoire RAM est volatile, et son contenu est effacé dès lors qu’elle n’est plus alimentée, comme c’est le cas durant les « siestes » de la sonde. L’emploi du temps de Spirit a donc été modifié, son sommeil placé avant sa période d’activité, afin qu’aucune coupure de courant ne puisse se produire après un enregistrement de données. Si la mémoire Flash s’efface encore, les personnels au sol pourront donc toujours exploiter la RAM.
Des signes de vieillesses bien compréhensible lorsqu’on sait que Spirit est en activité depuis vingt fois plus longtemps que ce qui avait été prévu pour sa mission originelle, en 2004. Toutefois, l’équipe du robot souhaite continuer à l’utiliser et n’a pas prévu d’interrompre son trajet dans l’hémisphère sud de Mars, même durant l’enquête sur cet étrange comportement.
Sources :
Mars Daily, 27/04/2009, Spirit Resumes Driving While Analysis Of Problem Behaviors Continues
http://www.marsdaily.com/reports/Spirit_Resumes_Driving_While_Analysis_Of_Problem_Behaviors_Continues_999.html
Mars Daily, 21/04/2009, JPL Analyzing Spirit Computer Reboots And Amnesia Events
http://www.marsdaily.com/reports/JPL_Analyzing_Spirit_Computer_Reboots_And_Amnesia_Events_999.html

> 5 : POLITIQUE SPATIALE
Le stand-by continue à la NASA…en attendant les détails du budget 2010 la semaine prochaine

L’Administrateur par intérim de la NASA Chris Scolese a pu faire le point sur la situation de la NASA devant le Sous-Comité aux Appropriations de la Chambre cette semaine. Il était d’ailleurs entouré de ses administrateurs associés pour répondre aux questions des congressmen. Ces derniers ont voulu connaître les détails de la situation délicate de l’agence en vue des débats concernant le budget 2010 et les décisions importantes qui en découleront à propos de l’avenir des navettes et de Constellation ou encore du rôle croissant de l’observation de l’environnement au sein de l’agence.
Mr. Scolese a notamment déclaré qu’il était désormais impossible d’accélérer le programme Constellation. Pour lui, dans le meilleur des cas, les véhicules remplaçant les navettes seront opérationnels en 2015, date à partir de laquelle une extension des activités vers l’ISS (International Space Station) pourrait être envisagée même si aucun
fond n’a encore été projeté à ce sujet. Le premier lancement test du premier étage d’Ares 1-X est prévu pour cet été à Cap Canaveral et un autre test du système de sauvetage au lancement est prévu à White Sands au Nouveau Mexique cette année. Scolese a indiqué que la NASA opérait en ce moment 57 missions scientifiques dont 15 liées à l’observation de la Terre avant de répondre aux inquiétudes des Congressmen concernant la mission Europa (exploration d’une lune de Jupiter).
Dans le même temps, la Maison Blanche a validé l’utilisation des fonds du stimulus package dédié à la NASA. $150 Millions iront au programme COTS-D (Commercial Orbital Transportation Services concentré sur les transports d’équipage ; le programme pourrait d’ailleurs être étendu à d’autres entreprises après SpaceX et Orbital, a déclaré Scolese) et $250 Millions au programme Constellation.
Enfin Scolese a remis en cause l’idée d’une base lunaire, en évoquant des missions plus modestes dans un premier temps qui s’inscriraient tout de même dans un plan d’exploration du système solaire à plus long terme.
Dans le même temps, un lobbying de Représentants de Floride est particulièrement actif au Congrès en cette période de débats budgétaires dans laquelle le secteur spatial de cette région est menacé par la fin des activités de navettes. La Représentante Démocrate Suzanne Kosmas a notamment lancé une résolution prévoyant de supprimer la deadline de 2010 pour les vols de navettes en accordant le budget nécessaire à un prolongement d’activités ($2.5 Milliards) pendant 2011, ceci pour éviter les risques d’accident liés à un planning de vols trop serré et pour préserver la main d’oeuvre et l’économie de Floride, tout en réduisant le gap dans les vols habités américains. Ce texte n’est qu’une résolution et représente plutôt une recommandation du Congrès adressée à l’administration, cependant il a déjà été voté par la Chambre et le Sénat l’examinera la semaine prochaine. Les prochains jours devraient livrer beaucoup plus d’éléments sur le futur de la NASA avec la sortie des détails du budget 2010 de l’agence qui impactera forcément les directions stratégiques de la politique spatiale américaine.
Sources :
Huntsville Times, 29/04/2009
http://blog.al.com/space-news/2009/04/house_lawmakers_in_washington.html
Pour en savoir plus :
Discours de Chris Scolese durant son audition :
http://www.nasa.gov/pdf/338546main_NASA_Testimony.pdf

> 6 : SECURITE
Le Sous-Comité Espace de la Chambre examine les risques liés aux débris spatiaux

Cette audition du 28 avril constitue un premier pas important du Congrès au sujet de la menace posée par les débris spatiaux et l’augmentation du trafic sur orbite. La prise de conscience qui s’opère depuis les 2 dernières années atteint donc le Congrès qui, ayant assimilé le caractère critique et urgent du problème pourrait le prendre en compte dans les débats budgétaires de ces prochaines semaines. Le Comité « Armed Services » devrait organiser une autre audition à ce sujet.
La position délicate des opérateurs privés, un peu démunis et dépendants des systèmes de surveillance a bien été comprise tout comme leur volonté de définir des normes et des cadres juridiques dans le comportement de chacun sur orbite.
Le Lieutenant Général James du Stratcom a évoqué les améliorations futures du système de surveillance spatiale américain (vers une « Space Fence ») mais il semble que la collaboration internationale soit le maitre mot du futur de la gestion du trafic et des risques de collisions.
La question du rôle leader des Etats-Unis sur un tel sujet a été abordée - à travers les aspects financier et stratégique – puisque le contribuable américain devrait payer pour un système de surveillance bénéfique à tous, a indiqué Giffords, mais comme l’a précisé James, « il faut décider ce que les Etats-Unis sont prêts à faire pour le Monde sur ce sujet ».
Pour en savoir plus :
La page de l’audition et les documents associés :
http://science.house.gov/publications/hearings_markups_details.aspx?NewsID=2429

> 7 : UP TO DATE
Présence à bord de l'ISS en ce moment :
Expédition 19 : Gennady Padalka (Commandant, Russie), Michael Barratt (Etats-Unis) et Koichi Wakata (Japon)

Lancements effectués depuis la dernière édition :
18/01/2009 : Lanceur américain Delta 4H avec le satellite espion NROL-26 – Cap Canaveral Air Force Station – Floride - SUCCES
23/01/2009 : Lanceur Japonais H-2A avec le satellite d’obeservation GOSAT – Tanegashima - Japon – SUCCES
30/01/2009 : Lanceur russe Tsyklon avec le satellite d‘observation du Soleil Koronas Foton - Cosmodrome de Plesetsk – Russie - SUCCES
02/02/2009 : Lanceur Iranien Safir-2 avec le comsat OMID – IRAN - SUCCES
06/02/2009 : Lanceur américain Delta-2 avec le satellite de météorologie NOAA-N Prime – Vandenberg Air Force Base - Californie - SUCCES
10/02/2009 : Lanceur russe Soyouz avec le 32e cargo PROGRESS- Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan – SUCCES
11/02/2009 : Lanceur russe Proton avec les satellites de communication AM44 et EXPRESS MD1 – Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan – SUCCES
12/02/2009 : Lanceur européen Ariane V avec les satellites HOT BIRD 10 et NSS9 – Centre Spatial Guyanais – France – SUCCES
24/02/2009 : Lanceur américain Taurus XL avec l’Orbiting Carbon Laboratory - Vandenberg Air Force Base – Californie – ECHEC
26/02/2009 : Lanceur Russe Zenit avec le comsat TELSTAR-11N - Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan – SUCCES
27/02/2009 : Lanceur Russe Proton avec le comsat militaire Raduga-1 - Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan – SUCCES
7/03/2009 : Lanceur américain Delta-2 avec le vaisseau d’exploration Kepler - Cape Canaveral Air Force Station – Florida –SUCCES
15/03/2009 : Navette américaine Discovery avec la poutre Starboard 6 de l’ISS – Centre Spatial Kennedy – Floride – SUCCES
17/03/2009 : Lanceur Russe Rockot avec le satellite GOCE de l’ESA – Cosmodrome de Plesetsk – Russie – SUCCES
24/03/2009 : Lanceur américain Delta-2 avec le satellite GPS 2R-20 - Cape Canaveral Air Force Station – Florida –SUCCES
26/03/2009 : Lanceur Russe Soyouz avec l’équipage de l’expédition 19 vers l’ISS - Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan – SUCCES
03/04/2009 : Lanceur Russe Proton avec le comsat W2A - Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan – SUCCES
04/04/2009 : Lanceur Américain Atlas-5 avec le comsat WGS-2 - Cape Canaveral Air Force Station – Florida –SUCCES
19/04/2009 : Lanceur Indien PLSV avec le satellite radar RISAT – Centre spatial Satish Dhawan – Inde –SUCCES
20/04/2009 : Lanceur Sea Launch Zenit avec le comsat militaire Italien SICRAL-1B – Plate-forme Odyssey – Océan Pacifique - SUCCES
Lancements prévus jusqu'en juin 2009 :
05/05/2009 : Lanceur américain Delta-2 avec le satellite d’alerte avancée STSS-ATRR - Vandenberg Air Force Base – Californie
05/05/2009 : Lanceur américain Minotaur avec le Air Force Research Laboratory TACSAT - Mid-Atlantic Regional Spaceport - Virginia
07/05/2009 : Lanceur Russe Soyouz avec le 33e cargo PROGRESS - Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan
11/05/2009 : Navette américaine Atlantis transportant la mission de maintenance d’Hubbles – Centre Spatial Kennedy – Floride
14/05/2009 : Lanceur européen Ariane 5 avec l’observatoire Herschel&Planck – Centre Spatial Guyanais – France
14/05/2009 : Lanceur Russe Proton avec le comsat Protostar-2 - Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan
??? : Lanceur américain Falcon-1 avec le satellite de télédétection malaisien Razaksat - Kwajalein Atoll – Iles Marshall
27/05/2009 : Lanceur Russe Soyouz avec les membres de l’expedition 20 vers l’ISS - Cosmodrome de Baikonour – Kazakhstan
[D'après Aerospace America, AFP, AIA, Analytical Graphics, AP, Associated
Press, Astroexpo.com, Aviation Week & Space Technology, Bloomsberg, Boeing,
boursorama.com, Caltechn, DARPA, Defense News, Denver Post,
Developmentgateway.org, DigitalGlobe, FAA, Floridatoday, Forecast
International, Houston Chronicle, Institute for Astronomy, Internetweek.com,
ILS, ITAR TASS, Jonathan's Space Report, Lockheed Martin, NASA, New York
Times, The Observer, Orbital Science Corporation, PanAmSat, Pentagon,
Planetary Society, Reuters, Russian Space Agency, Satnews.com, Space.com,
Spacedaily.com, Spaceflightnow.com, Spacetoday.net, Space News, Thuraya
Satellite Communication, University of Arizona, UPI, USA Today, USAF,
Washington Post]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: journal spatial de l'ambassade de france US   Sam 27 Juin 2009 - 14:09

> 1 : POLITIQUE SPATIALE
* Le Sénat au secours du budget exploration de la NASA
> 2 : SCIENCES
* Cassini analyse les particules rejetées par Encélade, lune de Saturne
> 3 : INDUSTRIE
* Bouée de sauvetage pour Sea Launch
> 4 : TOURISME SPATIAL
* Début des travaux pour Spaceport America
> 5 : EXPLORATION
* La NASA envoie LRO en éclaireur avant ses prochains vols habités vers la Lune
> 6 : EN BREF
> 7 : UP TO DATE
> 1 : POLITIQUE SPATIALE
Le Sénat au secours du budget exploration de la NASA
Une semaine après que le comité des Appropriations de la Chambre s’est prononcé pour une réduction drastique du budget exploration 2010 de la NASA envisagé par le Président Obama – en invoquant une « pause » avant d’obtenir les conclusions de la « commission Augustine » de revue du programme de vols habités – le comité analogue au sein du Sénat vient d’en prendre le contre-pied en validant au dollar près la requête budgétaire de la Maison Blanche.
Dans un contexte d’incertitude à l’aube d’une relance politique du programme d’exploration et de vols habités, ce débat budgétaire s’est donc transformé en bataille parlementaire entre Chambre et Sénat, dans laquelle les principaux défenseurs de la NASA sont tous montés au créneau.
Dans ce contexte, la commission chargée par Obama d’évaluer la stratégie d’exploration humaine actuelle – basée sur le programme Constellation impulsé par Georges W. Bush – a tenu sa première réunion publique la semaine dernière. Le statut du développement d’Ares 1 et de la capsule Orion (programme Constellation) a été présenté par les responsables de la NASA avant que des options alternatives soient également exposées, avec recours à des EELV (Evolved Expendable Launch Vehicle) comme Delta IV ou Atlas V pour lancer la capsule Orion ou bien utilisant des concepts de lanceurs dérivés de celui de la navette.
L’idée d’une prolongation de l’ISS (Station Spatiale Internationale) après 2016 a également été évoquée, tout comme l’insuffisance des prévisions budgétaires actuelles pour 2011/2014 concernant la NASA, dénoncées vigoureusement par le Sénateur Bill Nelson (Dém./Floride).
La commission tirant son surnom de son président Norman Augustine était de passage dans l’Alabama cette semaine pour visiter les installations du Marshall Space Center de la NASA et celles d’United Launch Alliance (ULA) qui produit les lanceurs EELV.
Le panel devra rendre ses conclusions en août prochain sur la marche à suivre pour garantir un programme de vols habités viable et ambitieux, qui puisse succéder aux navettes en prenant soin des contraintes sociales (reclassement de la main d’oeuvre qualifiée), économiques et stratégiques (afin de réduire le déficit de capacités de vols habités et la dépendance envers les Soyuz russes).
Sources :
Huntsville Times, 25/06/2009
http://www.al.com/business/huntsvilletimes/index.ssf?/base/business/1245921381271570.xml&coll=1
Florida Today, 25/06/2009
http://www.floridatoday.com/article/20090625/NEWS02/906250315/1006/NEWS01/Senate+to+keep+NASA+funds+safe
Pour en savoir plus sur la commission de revue des vols habités américains :
http://hsf.nasa.gov
> 2 : SCIENCES
Cassini analyse les particules rejetées par Encelade, lune de Saturne
C’est en passant au travers de l’un des nuages de glace et de vapeur d’eau rejeté jusqu’en orbite par les geysers d’Encelade, sixième lune de Saturne, que le satellite d’exploration du système saturnien opéré conjointement par la NASA et l’ESA Cassini a repéré du
sodium, un élément dont la présence pourrait signifier que de l’eau existe à l’état liquide sous la surface du corps céleste, dans laquelle il se serait dissout avant d’être expulsé.
Toutefois, ceci ne doit être compris que comme un indice, et non comme une preuve : certains astronomes avancent que le sel pourrait très bien avoir été pris dans les glaces, plutôt que d’avoir été entraîné par un liquide lors de son expulsion. Qui plus est, un doute existe sur la température de la lune, qui pourrait être trop basse pour garder un océan liquide. Des questions qui ne trouveront leurs premiers éléments de réponse que début novembre, lors du prochain passage de Cassini aux abords d’Encelade.
Sources :
Nature New, 24/06/2009, Sodium traces hint at subsurface ocean on Enceladus
http://www.nature.com/news/2009/090624/full/news.2009.596.html
Science Now, 24/06/2009, Icy Enceladus Getting Wetter
http://sciencenow.sciencemag.org/cgi/content/full/2009/624/2
>3 : INDUSTRIE
Bouée de sauvetage pour Sea Launch
La société de lancements commerciaux Sea Launch, basée aux Etats-Unis et qui opère depuis une ancienne plate-forme pétrolière dans les eaux du Pacifique, a demandé ce lundi 22 juin à être placée sous la protection du chapitre 11 du droit fédéral des faillites (Federal Bankruptcy Code). Cette disposition particulière empêche les biens d'une entreprise en grosse difficulté financière d'être saisis et assure la continuité de son fonctionnement, alors même qu'elle subit une réorganisation totale de façon à établir un plan de remboursement rationnel.
Sea Launch accuse en effet de nombreuses pertes monétaires sur ses dernières opérations, et dispose aujourd'hui d'un actif de $500 millions, contre un endettement de $1 milliard. L'entreprise envisagerait de se séparer d'une ou plusieurs de ses divisions pour se sortir de cette situation délicate, mais assure que ses activités seraient pour le moment menées comme d'accoutumée.
Sources :
- Sea Launch, 22/06/2009, Sea Launch Files Chapter 11 to Address Financial Challenges http://www.sea-launch.com/news_releases/2009/nr_090622.html
- Los Angeles Times, 24/06/2009, Long Beach rocket launch venture files for bankruptcy http://www.latimes.com/business/la-fi-rocket24-2009jun24,0,5498031.story
Pour en savoir plus :
Détails sur le chapitre 11 du droit fédéral des faillites :
http://www.uscourts.gov/bankruptcycourts/bankruptcybasics/chapter11.html
> 4 : TOURISME SPATIAL
Début des travaux pour Spaceport America
Le 19 juin au milieu du désert du Nouveau Mexique a eu lieu la cérémonie d'ouverture des travaux de Spaceport America, la première base de lancement entièrement dédiée aux vols spatiaux commerciaux, qui se composera d'un terminal à l'aspect ultra-moderne, d'une piste de trois kilomètres et de hangars. Les 200 millions de dollars requis pour la construction, qui devrait s'achever d'ici 18 à 24 mois, seront entièrement versés par l'Etat. L'infrastructure sera notamment utilisée par l'entreprise Virgin Galactic, qui se propose d'envoyer des touristes dans l'espace au cours d'un vol de deux heures pour 200.000 dollars. Une apparition de l'avion de lancement de la société, WhiteKnightTwo, était d'ailleurs attendue par les 400 personnes qui assistaient à l'évènement ; toutefois, celle-ci n'eut pas lieu, en raison d'une défaillance technique mineure.
Le Nouveau Mexique présente son désert comme l'endroit idéal pour un tel ouvrage, avec ses 350 jours de Soleil par an qui devraient empêcher les retards dus au climat, sa faible densité de population et la présence d'un site militaire, qui interdit le survol de la zone par quelque aéronef que ce soit.
Sources :
- BBC News, 20/06/2009, Work starts on New Mexico spaceport http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/8111243.stm
- CNN, 20/06/2009, One giant leap toward space tourism in New Mexico
http://www.cnn.com/2009/TECH/space/06/20/new.mexico.spaceport/
> 5 : EXPLORATION
La NASA envoie LRO en éclaireur avant ses prochains vols habités vers la Lune
Le satellite américain Lunar Reconnaissance Orbiter, dont la mission est de graviter autour de la Lune afin d'en déceler les meilleurs sites d'alunissage et les éventuelles ressources, mais aussi d'en dresser une carte des températures et des radiations, est arrivé en orbite lunaire ce mardi 23 juin, après un voyage de 4 jours. L'engin n'est cependant pas encore actif : il doit encore atteindre une seconde orbite, dite d'engagement, ce qui lui prendra encore quatre jours.
Pendant 60 jours, ses sept instruments y seront successivement activés et testés. Après quoi le satellite atteindra une autre orbite, sur laquelle il pourra se consacrer à sa mission,
qui durera un an et permettra d'établir l'atlas lunaire le plus complet et le plus précis jamais créé.
Sources:
-Spacedaily, 23/06/2009, NASA LRO Moon Mission Enters Lunar Orbit http://www.moondaily.com/reports/NASA_LRO_Moon_Mission_Enters_Lunar_Orbit_999.html -Spaceflight Now, 23/06/2009, NASA's lunar mapper goes into orbit around the moon http://www.spaceflightnow.com/atlas/av020/090623loi.html
> 6 : EN BREF
Ellen Tausher qui était jusque là représentante du 10ème district de Californie et présidente du sous-comité aux Forces Stratégiques de la Chambre des Représentants a été confirmée jeudi au poste de Sous-secrétaire d’Etat aux Contrôles des Munitions et à la Sécurité Internationale par le Sénat. Elle devrait avoir un rôle à jouer dans d’éventuelles réformes des textes ITAR concernant le matériel spatial ces prochains mois.
L’audition de confirmation du prochain Administrateur de la NASA Charles Bolden et de son Administratrice adjointe Lori Garver devrait avoir lieu en juillet, entre la fête nationale américaine le 4 et les commémorations des 40 ans d’Apollo 11 le 21. Ils ont tous deux été reçus cette semaine chez le Sénateur républicain texan John Cornyn qui leur a déclaré son soutien total.
> 7 : UP TO DATE
Présence à bord de l'ISS en ce moment :
Gennady Padalka (Commandant, Russie), Michael Barratt (Ingénieur de vol, Etats-Unis),
Koichi Wakata (Ingénieur de vol, Japon), Tim Kopra (Ingénieur de vol, Etats-Unis),
Roman Romanenko (Ingénieur de vol, Russie), Frank De Winne (Ingénieur de vol,
Belgique), Robert Thirsk (Ingénieur de vol, Canada) et Nicole Stott (Ingénieur de vol,
Etats-Unis).
Lancements effectués depuis la dernière édition :
18/06/2009 : Lanceur américain Atlas V avec LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter) –
Cap Canaveral – Floride
21/06/2009 : Lanceur Russe Zenit-3SLB avec le satellite de télévision MEASAT 3a –
Cosmodrome de Baïkonour - Kazakhstan
Lancements prévus jusqu'en juillet 2009 :
26/06/2009 : Lanceur américain Delta IV avec le satellite environnemental GOES-R
opéré par la NOAA – Cap Canaveral – Floride
Début juillet 2009 : Lanceur Proton d’ ILS (International Launch Services) avec le
satellite de diffusion de radio Sirius FM5 - Cosmodrome de Baïkonour – Kazakhstan
1/07/2009 : Lanceur européen Ariane 5 avec le satellite de télécommunication TerreStar
1 – Centre Spatial Guyanais – France
11/06/2009 : Navette américaine Endeavour pour la mission STS-127 vers l’ISS – Centre
Spatial Kennedy – Floride
13/07/2009 : Lanceur américain Falcon-1 avec le satellite de télédétection malaisien
Razaksat - Kwajalein Atoll – Iles Marshall
24/07/2009 : Lanceur Russe Soyouz avec PROGRESS 34 P - Cosmodrome de Baïkonour - Kazakhstan
25/07/2009 : Lanceur russe Dnepr avec différents petits satellites – Base de
Dombarovsky - Russie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
journal spatial de l'ambassade de france US
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités et discussions d'ordre général-
Sauter vers: