Histoire, Actualité, Prospective
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "L'espace au service des citoyens européens"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Orlyonok

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 32
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: "L'espace au service des citoyens européens"   Ven 6 Juin 2008 - 17:52

Intervention de Valérie Pécresse-Ministre de la Recherche
Ouverture du colloque « L'Espace au service des citoyens européens »
Jeudi 5 juin 2008
Assemblée nationale
Mesdames et messieurs,
C'est une joie pour moi que de participer ce matin avec vous à l'ouverture de ce colloque sur l'espace au service des citoyens européens. Monsieur le Président (Pierre LASBORDES), c'est à votre initiative que ce colloque est organisé, preuve si l'en était besoin, de la pertinence des travaux et du dynamisme des groupes parlementaires, en particulier celui en charge de l'espace.
Vous avez rassemblé, Monsieur le Président, tout ce que l'espace compte de personnalités les plus influentes de part le monde, les agences spatiales avec l'Agence spatiale européenne, représentée par Monsieur Jean-Jacques DORDAIN, et la NASA, pour laquelle Monsieur Michaël GRIFFIN nous fait l'honneur de sa présence ; mais aussi les agences nationales comme l'ASI en Italie, avec son président, Giovanni BIGNAMI, le DLR en Allemagne avec Johann-Dietrich WÖRNER et bien sûr le CNES, notre agence nationale, représenté par son président Yannick d'ESCATHA.
Vous avez aussi voulu faire intervenir les représentants des industries du secteur, sans lesquelles l'aventure spatiale n'aurait pu avoir lieu, ni même les services aval de l'espace qui nous sont aujourd'hui si précieux, comme nous le montrera le film que nous allons visionner tout à l'heure « Une journée sans satellite ».
Vous avez invité certains représentants des utilisateurs de l'espace, je dis représentants, car en fait, nous sommes tous utilisateurs de l'espace, et je tiens à saluer en particulier Monsieur Paul WEISSENBERG, de la Commission européenne, Madame Catherine CESARSKY, présidente de l'Union astronomique internationale, et Monsieur José ACHACHE, directeur général du GEO, le groupe d'observation de la terre.
Permettez-moi enfin de saluer la présence de nombreux parlementaires, et en particulier Madame Chantal BERTHELOT, députée de la Guyane, Alain GOURNAC, vice-président du groupe parlementaire sur l'espace, Henri REVOL, vice-président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques et Christine de VEYRAC, députée européen.
*
Vous tous, mesdames et messieurs, vous êtes les forces vives de l'activité spatiale, vous êtes ceux par qui le rêve de toute l'humanité peut enfin se réaliser : quitter un instant la Terre pour mieux la contempler. Et la France, et l'Europe ont pris toute leur part à cette réalité.
Je voudrais aujourd'hui rappeler ce dernier épisode de l'aventure spatiale européenne où, avec l'ATV Jules Verne l'Europe a, une fois de plus démontré les capacités techniques de ses agences et de ses industriels. Avec ce cargo de l'espace, l'Europe est rentrée dans le club très fermé des puissances spatiales engagées dans le vol spatial habité.
A mes yeux, il s'agit là d'une des plus belles images - et d'une image propre à notre temps - de ce que signifie l'idéal si français et si européen de solidarité : c'est une équipe, une nation, un continent, tendu vers un seul but, animé d'une seule espérance, celle de réaliser un rêve commun et réunissant toutes leurs forces pour l'accomplir ensemble.
Et ce rêve, je veux le redire devant vous aujourd'hui, Mesdames et Messieurs n'a rien d'un luxe. Seul un esprit chagrin ou blasé peut voir dans l'aventure spatiale un vain défi que s'acharneraient à relever ensemble les nations du monde. Car comme tous les vrais rêves, la conquête spatiale nous a menés plus loin que nous ne l'imaginions. Elle nous a fait entrer dans un autre monde, peuplé de satellites et stations orbitales, dont sont nées mille et une innovations : la télévision, la météo, et le GPS, bien sûr, mais aussi la cartographie rapide en cas de crise, la télémédecine, ou encore la diffusion d'internet haut débit n'importe où dans le monde ; tout cela a transformé notre quotidien et notre vie serait profondément bouleversée si les satellites s'arrêtaient.
C'est là le propre des rêves : eux seuls ont cette force qui pousse l'humanité à se transcender pour repousser la frontière mouvante de l'innovation, ouvrant ainsi au génie et à l'industrie humaine des territoires jusqu'ici insoupçonnés.
*
Mesdames et messieurs, cette capacité d'innovation ne doit pas être limitée, au contraire, elle doit être encore plus dynamisée et facilitée. Après le temps des pionniers, qui ouvrent les premières voies et réalisent l'impossible, voici que commence en effet le temps des explorateurs, qui, forts des technologies qu'ils ont acquises, peuvent à présent s'efforcer de tenir chacune des promesses que nous ont léguées la génération qui nous précède. Et quelles promesses !
Car nombreux sont les espoirs qu'ont fait naître la conquête spatiale, et au premier rang d'entre eux, celui de mieux connaître la Terre que nous avons semblé ainsi abandonner.
S'il est en effet une chose dont je suis très profondément convaincue, c'est que la découverte de l'espace nous permet d'abord de redécouvrir notre propre planète. Même les yeux rivés au ciel, notre regard reste toujours dirigé vers la Terre qui nous accueille et nous nourrit. « Objectif Terre » : telle pourrait donc à présent être notre devise !
J'en veux pour preuve la plus belle et la plus étourdissante des images qui soit : celle de notre planète d'un bleu éclatant sur lequel se découpent nos continents, mais dont l'atmosphère protectrice est si fine qu'on vient rapidement à s'imaginer qu'elle pourrait disparaître. L'urgence de protéger notre planète est donc maintenant devenue criante.
Nous le pouvons désormais, grâce à ces exceptionnels outils scientifiques que sont les observations satellites. Ainsi, pour s'adapter au changement climatique ou pour lutter contre, il faut mieux le comprendre ; et pour le comprendre, il n'est pas de meilleur lieu que l'espace. C'est de ce lieu, où rien n'est caché, et où les phénomènes les plus globaux deviennent enfin visibles, que nous pourrons observer, mesurer et comprendre les maux dont souffre notre planète.
Au moment même où nous commençons enfin à unir nos efforts, bien qu'encore trop timidement, pour préserver notre environnement, il nous faut à présent mettre en commun nos observations et, mieux encore, nos capacités d'observation pour approfondir ensemble notre compréhension des mécanismes qui menacent de ravager notre Terre.
Cela va bien au-delà du climat et je pense notamment au projet GMES, Monsieur le directeur (Paul WEISSENBERG) dans lequel l'Europe s'est engagée. Ce projet représentera la contribution européenne à l'initiative d'envergure mondiale, le GEOSS, lancée il y a bientôt 5 ans à Washington au 1er Sommet mondial sur l'observation de la Terre qui est représenté ici par son directeur général, José ACHACHE. En unissant les données que nous recueillons au sol à celles qui ne sont accessibles que de l'espace, nous nous donnerons les moyens de mieux gérer notre patrimoine agricole et forestier, mais aussi de prévenir les risques naturels qui pèsent sur les populations de notre continent.
Les possibilités qu'a ouvertes l'exploration spatiale sont donc bien infinies. Qui aurait pu imaginer, il y a vingt ans à peine, que notre téléphone portable pourrait nous indiquer la plus proche station de métro, et l'heure du prochain train ?
Et ce n'est là qu'une des multiples applications concrètes de la géolocalisation par satellite, qui nous ouvre tant de possibilités et fait naître tant de nouveaux marchés ! Voilà pourquoi il est essentiel que l'Union européenne parvienne à mener à bien le projet Galileo : pour disposer enfin d'une technologie d'une précision sans égale, qui discrètement changera nos vies quotidiennes et nous apportera un peu de la sécurité, mais aussi de la croissance dont nos économies et nos sociétés ont tant besoin.
Car c'est cela aussi que nous apporte la conquête spatiale : des applications qui sont autant d'innovations conçues, développées ou déclinées par nos entreprises, et avec elles la croissance et les emplois qui les accompagnent toujours !
*
La France, qui a décidé de faire du savoir, de la découverte et de l'innovation les clefs de sa croissance et de son avenir, ne pouvait donc un instant rester à l'écart du nouvel âge de l'aventure spatiale qui s'ouvre à présent et qui nous portera plus loin encore que nous l'imaginons.
Et pour ce faire, elle aura besoin de l'Europe ! Car depuis plus de trente ans, l'aventure spatiale française est d'abord une aventure européenne. Certes, dès 1965, la France parvint à mettre seule en orbite un satellite, indubitablement français puisque baptisé Astérix A1. Mais dès 1973, notre pays unissait ses forces à celles de ses voisins européens pour donner naissance au programme Ariane, avec le succès que l'on sait. Deux ans plus tard, l'ESA voyait le jour et depuis lors, des nations européennes toujours plus nombreuses n'ont plus cessé de conjuguer leurs ambitions spatiales et de relever ensemble nombre de défis communs.
Nous pouvons être fiers de ce que nous avons ainsi accompli : et chaque fois qu'Ariane V s'élève dans le ciel de Kourou, nous partageons une même joie. Mais il nous faut encore consolider notre politique spatiale européenne, qui permettra enfin à l'Europe de devenir à part entière la deuxième puissance spatiale au monde.
Pour l'heure, nous ne le sommes encore que potentiellement. Bien sûr, nombreux sont les Etats d'Europe qui se sont engagés dans l'aventure spatiale. Et bien sûr, nous avons le plus souvent choisi d'unir nos efforts pour relever ensemble les mêmes défis.
Voilà pourquoi les Etats de l'Union ont choisi, avec le traité de Lisbonne, de construire une véritable politique spatiale communautaire : pour faire de l'Europe la nouvelle puissance spatiale internationale.
Car dans ce domaine aussi, l'Union européenne peut et doit faire entendre sa voix singulière, celle d'une puissance pacifique pour qui la conquête spatiale est d'abord gage de paix et de progrès pour l'humanité. Tel est bien le trait qui, depuis ses origines, guide la politique spatiale commune des Etats d'Europe. Et ce guide n'empêche pas bien sûr l'utilisation de l'espace pour affirmer notre souveraineté, avec un service de géolocalisation par satellite indépendant, ou encore une capacité de renseignement autonome pour renforcer la politique étrangère et de sécurité commune. Dans le siècle qui commence, ces valeurs, qui distinguent le projet européen de tous les autres, devront rester le socle de notre ambition spatiale commune.
Nous sommes à présent au seuil de cette nouvelle politique : les premiers contours en ont été dessinés, il faut désormais l'alimenter.
C'est pourquoi la France a décidé d'en faire l'une des thématiques majeures de son programme de travail pour la Présidence de l'Union qui commencera dans quatre semaines. A Kourou, il y a quelques mois à peine, Nicolas Sarkozy m'a donc assigné une seule mission : celle de concrétiser et de renforcer les ambitions de la politique spatiale européenne.
C'est en ces sens que j'ai invité nos partenaires européens à se retrouver au Centre spatial de Guyane dès les 21 et 22 juillet prochains, un centre spatial dont nous avons décidé de consacrer le rôle de port spatial européen.
*
Aux yeux de la France, cet envol trouvera sa source première dans les progrès que pourront accomplir ces deux programmes-phare que j'évoquais il y a quelques instants à peine, Galileo et GMES.
Pour l'un, le parcours institutionnel semble aujourd'hui bien avancé ; pour l'autre, il nous faut encore mettre en place des structures de gouvernance et un financement. Charge ensuite aux agences et aux entreprises contractantes de mettre en œuvre ces programmes ; et je sais que le chemin ne sera pas sans difficultés ! Mais pour ces deux programmes, une chose est certaine : nous pouvons à présent accomplir des avancées décisives et la France s'emploiera à les favoriser.
Et je crois que nous pouvons aller plus loin encore, en proposant à nos partenaires de choisir dès les mois à venir les domaines dans lesquels de nouvelles initiatives pourraient naître. Aux yeux de la France, elles pourraient même devenir des symboles de ces valeurs de fraternité, de paix et de prospérité qui sont les nôtres.
Et une Europe de l'espace fraternelle, ce pourrait être des politiques tournées vers la lutte contre le changement climatique qui menace tant de peuples sur notre planète. Pour cela, nous devons mener une politique ambitieuse pour l'observation spatiale, seul outil capable de mesurer le changement climatique de manière globale. Nous pourrions aussi créer un Centre européen de recherche sur le changement climatique qui exploiterait toutes ces données, et qui nous permettrait ainsi de relever ensemble ce défi adressé à l'ensemble de l'humanité.
Une Europe de l'espace pacifique, ce pourrait être un programme commun de surveillance de l'espace, gage de sécurité pour tous les habitants de notre continent, pour lesquels la continuité des services spatiaux est devenue primordiale.
Une Europe de l'espace au service d'une prospérité partagée, ce pourrait être une Europe décidée à encourager la naissance de nouveaux services, qui uniraient télécommunications, géopositionnement et observation de la Terre. Et pour ce faire, nous pourrions créer un marché porteur dans ce domaine précis.
Voilà les pistes que la France proposera à ses partenaires d'explorer avec elle tout au long de sa présidence, voilà les graines que nous pourrions semer ensemble, pour porter sur le devant de la scène internationale cette Europe de l'espace si singulière que nous appelons tous de nos vœux.
Car à l'évidence, l'Europe ne sera pas une puissance spatiale comme les autres. Son histoire l'éloigne de toutes les tentations de domination ou d'utilisation de l'espace à des fins essentiellement militaires. Nous savons - nous avons payé si cher pour l'apprendre - que l'avenir ne naît jamais de ce qui sépare les hommes, mais toujours de ce qui les rapproche.
Et à n'en pas douter, l'aventure spatiale est de celles qui réunissent les hommes. Il n'en existe pas de plus belle preuve que cette stupeur partagée qui s'installa partout sur Terre à l'instant précis où tous les habitants de notre planète virent pour la première fois, il y a bientôt quarante ans, un être humain marcher sur un autre corps céleste. Dans cette émotion commune, qui rassemblait ici et là des familles entières, restées éveillées pour la circonstance, il y a sans doute toute la force de la conquête spatiale résumée.
Car il n'est peut-être d'autre aventure qui puisse rassembler l'humanité avec autant de force et d'évidence. C'est pourquoi le Président de la République a formé le vœu que l'Union européenne se prépare dès maintenant à joindre ses efforts à ceux des autres grandes puissances spatiales comme les Etats-Unis, Monsieur l'administrateur général (Michaël GRIFFIN), pour entamer ensemble une nouvelle conquête, qui ne peut être qu'une grande aventure internationale : celle de la planète Mars. Vous y consacrerez d'ailleurs un atelier tout à l'heure.
*
Vous le voyez, Mesdames et Messieurs, la France n'a qu'un rêve : celui de poursuivre l'épopée spatiale avec ses amis et partenaires européens, pour la pousser un peu plus loin encore. Et je sais que pour écrire les nouvelles pages de cette si belle histoire, vous serez à nos côtés.
Monsieur le Président (Pierre LASBORDES), vous nous avez déjà beaucoup aidé par le réseau des groupes parlementaires pour l'espace, et je sais que je peux compter sur votre soutien pour les prochains mois ; je vous en remercie tout particulièrement.
Et je compte aussi sur vous tous, et sur vos travaux pour promouvoir tous ces projets et construire, ensemble, l'Europe spatiale de demain, une Europe au service des citoyens.
Je vous remercie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrick R7
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9923
Age : 72
Localisation : Forêt de Marly le roi
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: "L'espace au service des citoyens européens"   Ven 6 Juin 2008 - 18:01

Orlyonok a écrit:
Intervention de Valérie Pécresse-Ministre de la Recherche
Ouverture du colloque « L'Espace au service des citoyens européens »
Jeudi 5 juin 2008
Assemblée nationale

... Nous sommes à présent au seuil de cette nouvelle politique : les premiers contours en ont été dessinés, il faut désormais l'alimenter.
C'est pourquoi la France a décidé d'en faire l'une des thématiques majeures de son programme de travail pour la Présidence de l'Union qui commencera dans quatre semaines. A Kourou, il y a quelques mois à peine, Nicolas Sarkozy m'a donc assigné une seule mission : celle de concrétiser et de renforcer les ambitions de la politique spatiale européenne.
C'est en ces sens que j'ai invité nos partenaires européens à se retrouver au Centre spatial de Guyane dès les 21 et 22 juillet prochains, un centre spatial dont nous avons décidé de consacrer le rôle de port spatial européen ...

vu les intentions allemandes, selon Air & cosmos, va-t-on vers un programme de vaisseau habité européen ... ?

_________________
"Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horacio, qu'on ne l'imagine dans les rêves de votre philosophie", Hamlet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orlyonok

avatar

Nombre de messages : 122
Age : 32
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 01/04/2008

MessageSujet: Re: "L'espace au service des citoyens européens"   Ven 6 Juin 2008 - 18:04

Patrick R7 a écrit:


vu les intentions allemandes, selon Air & cosmos, va-t-on vers un programme de vaisseau habité européen ... ?

Astrium a présenté récemment une évolution de l'ATV pour desservir ISS :


http://www.astrium.eads.net/news/2008/atv-evolution-1?set_language=fr&cl=fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrick R7
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 9923
Age : 72
Localisation : Forêt de Marly le roi
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: "L'espace au service des citoyens européens"   Ven 6 Juin 2008 - 18:17

Patrick R7 a écrit:


vu les intentions allemandes, selon Air & cosmos, va-t-on vers un programme de vaisseau habité européen ... ?

Orlyonok a écrit:
Astrium a présenté récemment une évolution de l'ATV pour desservir ISS :


http://www.astrium.eads.net/news/2008/atv-evolution-1?set_language=fr&cl=fr
C'est LA solution, sans aucun doute possible. A quand la décision ... ?

_________________
"Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horacio, qu'on ne l'imagine dans les rêves de votre philosophie", Hamlet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique M.
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 4473
Age : 63
Localisation : val d'oise
Date d'inscription : 23/12/2006

MessageSujet: Re: "L'espace au service des citoyens européens"   Ven 6 Juin 2008 - 20:53

et bla, bla, bla, et bla, bla, bla ... un bien beau discourt en vérité .... il est vrai qu'il faut beaucoup de "parlottes" pour un peu de concret ...

affaire à suivre .... MM les politiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gene Paul

avatar

Nombre de messages : 1171
Age : 48
Localisation : Macon 71
Date d'inscription : 10/12/2006

MessageSujet: Re: "L'espace au service des citoyens européens"   Sam 7 Juin 2008 - 14:42

Quand un ministre s'exprime il ne fait que lire un texte préparé avant tout par une autre personne.
Je suis sure qu'avant d'etres ministre elle ne savait pas comment fonctionnée une fusée Suspect
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.astrosurf.com/genepaul/index.html
 
"L'espace au service des citoyens européens"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Actualités et discussions d'ordre général-
Sauter vers: